×
Publicités
Publié le
31 août 2016
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Marc O’Polo veut monter en puissance en France

Publié le
31 août 2016

En 2017, Marc O’Polo célèbre son demi-siècle. La marque d’origine suédoise, installée depuis la fin des années 1990 en Bavière à Stephanskirchen, va multiplier les événements et les collaborations pour cet anniversaire. L’occasion de s’affirmer sur le marché français.

La dernière campagne Marc O'Polo pour l'automne-hiver 2016, réalisée par Peter Lindbergh, met en scène Lara Stone, pour la femme et Mads Mikkelsen pour l'homme - Marc O'Polo


Marc O’Polo a abordé l’Hexagone à l’automne 2012, après un test aux Galeries Lafayette. La marque au style casual décontracté a depuis installé ses collections femme dans cinq Printemps et un magasin Galeries Lafayette, ouvert six boutiques à l'enseigne dont trois avec des franchisés et revendique une présence chez une centaine de multimarques premium, en particulier pour la femme. A l’approche de son cinquantenaire, notamment grâce à une collaboration avec l’artiste André, la marque entend gagner en notoriété dans l’Hexagone.

« En Allemagne, la marque bénéficie d’une image qualitative associée à l’utilisation des matières naturelles depuis longtemps. Cela se perçoit dans les détails des produits et au toucher. Sur la France, cette identité n’est pas encore claire pour les consommateurs. Pour gagner en visibilité, nous devons donner plus d’informations sur les matières. On voit qu’il y a actuellement une tendance sur le coton bio, mais pour nous, cela ne répond pas à une tendance, cela fait partie de l’identité de la marque depuis ses débuts. Nous allons faire en sorte de le montrer. »

Marc O'Polo veut apporter encore plus d'éléments naturels, comme des plantes et du bois, dans ses boutiques françaises pour mettre en avant sa culture des matières naturelles. - Marc O'Polo


La marque va ainsi développer des prospectus mettant en avant cette culture, mais aussi apporter des touches symboliques dans ses points de vente, apportant plus de bois et utilisant plus de plantes vertes.

« Pour nous affirmer, nous devons aussi mettre en avant une pièce iconique, explique la responsable du marché français. Nous travaillons sur la chemise car nous avons un savoir-faire et une offre large (à partir de 69 euros). Cela doit nous permettre d’élargir notre présence chez les multimarques. Aujourd’hui, nous sommes présents chez des acteurs forts qui ont de grands espaces. Mais cela nous permettra aussi d’entrer chez de plus petits magasins, souvent installés en cœur de ville. »

En prime de l'installation dans de nouveaux grands magasins clés de l'Hexagone, la marque mise sur le développement de sa présence sur le net avec son site, mais aussi via des acteurs comme La Redoute ou Place des Tendances. Et réfléchit à de nouvelles ouvertures de boutiques. Le concept, issu du modèle allemand, pourrait alors être revu avec des formules plus petites et par genre, s’adaptant aux potentiels des emplacements. Une avancée qui pourrait être validée en 2017 et qui représente un pari. Si elle ne représente que 1% du chiffre d’affaires de 464 millions d’euros sur son exercice clos fin mai, la France est un pays test pour Marc O’Polo. Si le groupe trouve la bonne formule, il l’appliquera ensuite sur d’autres marchés.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com