×
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
19 oct. 2022
Temps de lecture
6 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Marco Ribeiro, Paula Canovas del Vas, Cecilie Bahnsen et Mossi: l'avant-garde à Paris

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
19 oct. 2022

Au-delà des grandes maisons habituées des gros titres, la dernière édition de la semaine de la mode de Paris a réussi à susciter la curiosité avec des offres plus confidentielles. Des propositions originales et avant-gardistes mettant l’accent sur la couleur. On retiendra notamment la première collection du Brésilien Marco Ribeiro, l’art conceptuel de l’Espagnole Paula Canovas del Vas, la couture réinventée de la Danoise Cecilie Bahnsen et l’innovation textile du Français Mossi Traoré.


Présentation de Marco Ribeiro à Paris - FNW


L’arc-en-ciel de Marco Ribeiro



"De la joie, de la diversité et beaucoup de couleurs": c’est ainsi que Marco Ribeiro résume son univers. Ce jeune talent brésilien a donné son nom à sa marque, fondée en 2018. Intitulée "Waves of Love" (Vagues d’Amour), sa collection était présentée dans un espace à quelques mètres de la place de la Bastille. Il y faisait référence à ses souvenirs d’enfance ou à l’immigration. Des idées exprimées à travers des couleurs vives qui se mélangent dans des compositions patchwork ou à rayures contrastantes, utilisant des excédents de tissu pour la création de jupes asymétriques, de pantalons amples ou de chemises structurées.

"Je voulais faire mes débuts à Paris avec une collection spéciale, aimable et fidèle à mon style coloré. Pour moi, les couleurs ont beaucoup de sens et sont fondamentales pour transmettre des émotions et différentes façons d’aimer", expliquait avec poésie le créateur.

Installé à Paris depuis huit ans, il souligne que "tout le monde a besoin d’être traité avec un peu d’amabilité" dans le contexte actuel.

À la tête d’une marque "plutôt artistique", Marco Ribeiro a des ambitions claires pour l’avenir : rejoindre le calendrier officiel de la Fashion Week ou présenter un défilé de haute couture. Il compte également construire son activité autour d’une équipe solide pour la développer à l’étranger.

Distribuée sur sa propre boutique en ligne, la marque a récemment bénéficié d’un partenariat avec le célèbre chanteur britannique Harry Styles, sur les conseils de son non moins célèbre styliste Harry Lambert. Et l’artiste a non seulement commandé à Marco Ribeiro plusieurs looks pour sa dernière tournée, mais lui a aussi confié la première collaboration de Pleasing, la marque de maquillage qu’il a fondée en novembre 2021. Le résultat : une collection comprenant une palette, trois pigments en crème, un gloss multifonction et cinq vernis à ongles à l’image de l’intensité chromatique de Marco Ribeiro.


Présentation de Paula Canovas del Vas à l’Institut Cervantes à Paris - FNW


Paula Canovas del Vas invite à une expérience sensorielle



Pour son retour à la Fashion Week de Paris, la finaliste du prix LVMH 2022 a présenté une collection aux couleurs intenses, aux textures contrastées et aux formes improbables. Fidèle à son style avant-gardiste, la créatrice espagnole, installée à Londres, a proposé un défilé interactif à l’Institut Cervantes. Les mannequins évoluaient dans une sorte de performance occupant un espace blanc de deux étages, jouant avec des fruits et des graines avec lesquels elles créaient des formes dans plusieurs recoins de l’installation.

S’inspirant de films comme La Grande Bouffe ou Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant et de l’installation artistique The Dinner Party de Judy Chicago, Paula Canovas del Vas a conçu sa collection comme une invitation à un festin multisensoriel mêlant des éléments comestibles avec des vêtements avant-gardistes, principalement créés à partir de fins de stocks. Positionnée sur un segment premium accessible, la marque commercialise ses créations sur sa boutique en ligne et sur des plateformes comme Ssense et Farfetch.

"Cette saison, j’ai eu envie de faire quelque chose de grand et de le réduire en tout petit", résume la designer. Elle expérimente avec des matières élastiques et des techniques pour froncer les tissus. "J’adore explorer les jeux de textures, comme la juxtaposition du mohair avec du latex brillant, de la maille et du denim, du mat et du brillant", poursuit-elle. Et c’est ce que montrent les vêtements, notamment les pulls à ouvertures circulaires, les superpositions de soutiens-gorge drapés sur des t-shirts ajustés aux couleurs dégradées, les vestes et les robes parachutes avec des cordons techniques permettant d’ajuster leur forme et leur volume.

Les détails sont aussi singuliers, avec des sacs à franges et tentacules rappelant de petits animaux, de grandes capelines, des chaussures à bout relevé et des ongles paraissant surmontés d’oursins.


Cecilie Bahnsen - Printemps-été 2023 - Collection femme - Paris - © PixelFormula


La couture quotidienne de Cecilie Bahnsen



Pour sa deuxième participation à la Fashion Week parisienne, la griffe danoise Cecilie Bahnsen avait choisi la cour Mansart de la Monnaie de Paris pour présenter sa collection "We are water".

Sous des averses intermittentes, le défilé faisait maintes références à l’eau avec des formes ondulantes rappelant des vagues. Une installation était composée de 250 bouteilles en verre transparent de différentes formes, soufflées par l’artiste Nina Nørgaard et placées sur des miroirs. Une œuvre inspirée d’une exposition vue par la créatrice au Musée de Louisiane, où Yoko Ono place une rangée de bouteilles remplies d’eau sur des étagères, étiquetées du nom de personnes célèbres comme Sylvia Plath ou David Bowie.

Les silhouettes légères jouaient sur les volumes pour explorer l’asymétrie à travers des robes et des tops à manches ou jupes drapées. Les superpositions étaient de mise, avec des pièces en gaze transparente surmontant des tops et des pantalons. Les robes, elles, se portaient sur des t-shirts en maille. Suivant la tendance de la saison, la marque a enrichi sa palette habituelle en noir et blanc de couleurs intenses comme le vert pomme, le bleu électrique et le mauve.

"Cette saison, j’ai beaucoup réfléchi à la façon dont les filles du studio et de notre communauté portent nos vêtements. Comment elles peuvent enfiler une robe un mardi matin pluvieux pour se sentir bien ou pour aller en soirée le samedi soir", détaille la créatrice. Elle s’est notamment fait connaître pour ses robes romantiques et voluptueuses au style bucolique. "J’ai grandi en rêvant de Paris et de la haute couture, mais avec une vision trop sophistiquée, qui ne convient pas au quotidien. J’aime l’idée d’arriver à créer quelque chose de beau à porter tous les jours", conclut-elle. Les looks du défilé étaient portés avec des baskets sportives originales, qui apportaient une touche streetwear décontractée, issues d’une collaboration avec Asics.



Pièces en fibre de lait de Mossi Traoré - Lilou Séguines – Cniel


Mossi, l’innovation et l’engagement



Pour sa part, le créateur parisien Mossi Traoré a présenté une nouvelle innovation: un tissu responsable utilisé pour sa dernière collection capsule, déjà disponible au sein du grand magasin Printemps. Développé en collaboration par le CETI (Centre européen des textiles innovants) et la filière laitière française Cniel, ce nouveau matériau est issu de litres de lait normalement jetés, impropres à la consommation, qui sont ensuite traités pour en extraire la caséine et les transformer en fibres textiles pouvant être utilisées pour confectionner des vêtements.

Cette matière responsable et fabriquée en France a deux objectifs: éviter le gaspillage et proposer une alternative biodégradable aux tissus synthétiques.

Composée de quelques pièces légères, décontractées et oversize dans des tonalités de noir et blanc, la collection comprend d’amples chemises et des jupes midi asymétriques. En parallèle, cette marque qui a remporté le prix Pierre Bergé de l’Andam en 2020 a aussi profité de la Fashion Week parisienne pour dévoiler sa collection du printemps prochain. Intitulée "Les Ripeurs", elle était fidèle aux principes de Mossi, revisitant le symbole que représentent les vêtements des travailleurs urbains. Des mini-robes fluorescentes faisaient un clin d’œil évident aux gilets réfléchissants, tandis que les combinaisons vertes associées avec des gants et des bottes orange réinterprétaient les uniformes des balayeurs des rues.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com