×
6 851
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

Margareth & Moi se recentre sur la vente en ligne

Auteur :
Publié le
today 5 févr. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A l’origine de Margareth & Moi, le designer Gildas Pennec et son amie, le mannequin Victoria Hernando. Ensemble, ils créent une marque au parti pris créatif et au positionnement haut de gamme qu’ils installent, cinq ans après l’avoir initiée, rue de la Sourdière dans le Ier arrondissement de Paris. C’était en 2010 et après plusieurs années de hauts et de bas, notamment « affectées par la baisse de fréquentation touristique dans la capitale », relève Gildas Pennec, ils décident il y a un an de fermer boutique et de s'ouvrir à la vente en ligne, tout en poursuivant le développement de la vente en gros.
 

La collection printemps-été 2019 de Margareth & Moi - Margareth & Moi


« Nous effectuons 80 % de nos ventes auprès de clientes étrangères. Nous vendons au Koweït, au Danemark, aux Etats-Unis ou encore au Sénégal à travers nos six points de vente revendeurs », explique Gildas Pennec.
 
Des consommatrices séduites par l’esprit haute couture infusé dans la quarantaine de références proposées chaque saison, dessinées à Paris et confectionnées dans un atelier barcelonais. Parmi les meilleures ventes, les hauts, originaux et précieux (environ 400 euros par modèle).

En parallèle, la marque propose une activité de sur-mesure. « Des clientes, souvent du Moyen-Orient, nous font des commandes pour les robes du soir, la plupart du temps lors de la saison des mariages. Elles m’expliquent ce qu’elles veulent, je leur envoie des dessins et nous faisons des essayages quand elles sont de passage à Paris. Il y a aussi des Parisiennes qui ont pris l’habitude de nous demander les pièces de notre collection dans les couleurs qu’elles désirent », poursuit le créateur.
 
Pour développer sa distribution, Margareth & Moi sera, après un bref passage au Tranoï, sur le salon Première Classe en mars prochain. « Nous avons une collection très particulière, qui ne rentre pas bien dans les cadres. Comme nos pièces sont très "coup de cœur", les gens préfèrent acheter quelques modèles plutôt qu’une grosse partie de la collection. Je suis donc à l’aise dans un salons d’accessoires ».
 
Pour accroître sa notoriété, la griffe organise des pop-up stores, comme à Paris en juin et décembre derniers. Le 21 mars 2019, la marque s’invitera cette fois dans un atelier de peintre à Bruxelles, juste à temps pour le printemps.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com