×
2 161
Fashion Jobs
JUINJUILLET
Directeur Administratif et Financier H/F# Pme# Mode Française
CDI · PARIS
UNIQLO
Agent de Sécurité et de Prévention Des Pertes - Uniqlo Euralille
CDI · LILLE
UNIQLO
Agent de Sécurité et de Prévention Des Pertes - Uniqlo Bordeaux
CDI · BORDEAUX
CONFIDENTIEL
Area Manager
CDI · METZ
ANOUK ET NINON BY MAISON MQG
Responsable Business Marque
CDI · LA CHAPELLE-SUR-ERDRE
VICTORIA'S SECRET
Visual Merchendiser Supervisor
CDI · SERRIS
BY JOHANNE
Responsable Eshop
CDI · LYON
INTIMISSIMI
Animateur Régional Des Ventes - Lille (H/F)
CDI · LILLE
GROUPE BEAUMANOIR
Juriste Distribution (H/F)
CDI · SAINT-MALO
COURIR FRANCE
Chargé(e) de Stocks - Englos - CDI - Temps Partiel - 25h - f/h
CDI · ENGLOS
ADIDAS
Retail Training Manager Adidas H/F
CDI · PARIS
SCOTCH AND SODA
Acheteur Retail Femme/Enfants
CDI · PARIS
MAISONS DU MONDE
Acheteur Meubles Btob (H/F)
CDI · VERTOU
DIPTYQUE
CDI - Responsable Expérience Client (H/F)
CDI · PARIS
YVES SAINT LAURENT S.A.S.
Saint Laurent Stage E-Business Projets et Contenu H/F
CDI · PARIS
TAPE À L'OEIL
Country Manager Shanghaï H/F
CDI · SHANGHAI
LEANA TRADING
Responsable Développement Commercial
CDI · PARIS
HERMES SERVICES GROUPES
CDI - Responsable Cellule de Gouvernance Fournisseurs (f/h)
CDI · PANTIN
HERMES FEMME
Responsable Ordonnancement Chapeaux / Gants
CDI · PANTIN
HERMES FEMME
Responsable de Zone Ceinture H/F CDI
CDI · PANTIN
LES GEORGETTES
Concepteur 3d
CDI · PARIS
MICHAEL PAGE
KAM e Commerce & Grands Comptes Art de Vivre H/F
CDI · PARIS
Publicités
Par
AFP
Publié le
10 sept. 2020
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mariage avorté avec Tiffany: LVMH va saisir à son tour la justice américaine

Par
AFP
Publié le
10 sept. 2020

Le géant du luxe LVMH va saisir la justice américaine contre le joaillier Tiffany, qu'il accuse de "mauvaise foi" et dont il pointe "les mauvais résultats" financiers, au lendemain de la suspension de leur opération de rapprochement record à 16,2 milliards de dollars.


LVMH répond à Tiffany sur le terrain judiciaire - AFP Archives



Mercredi, le groupe de Bernard Arnault avait estimé qu'il n'était "plus en mesure" de racheter "en l'état" le joaillier, mettant en avant "une succession d'événements de nature à fragiliser l'opération d'acquisition de la société Tiffany".

LVMH faisait notamment état d'une lettre du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, qui, en réaction à la menace de taxes sur les produits français formulée par les Etats-Unis, demandait au groupe de différer l'acquisition de Tiffany au-delà du 6 janvier 2021.

De son côté, Tiffany avait annoncé mercredi qu'il attaquait en justice aux Etats-Unis le numéro un mondial du luxe, l'accusant entre autres d'avoir fait traîner des démarches réglementaires.

Jeudi, LVMH fait part de son "étonnement" concernant l'action en justice de Tiffany, qu'il juge dans un communiqué "totalement infondée. Elle est manifestement préparée de longue date par Tiffany et a été communiquée d'une manière trompeuse pour les actionnaires et diffamatoire".

"La longue préparation de cette assignation montre la mauvaise foi de Tiffany dans ses relations avec LVMH. L'essentiel de cette action repose sur les reproches faits par Tiffany à LVMH de ne pas avoir agi avec diligence pour l'obtention des autorisations administratives relatives aux règles antitrust à travers le monde. Cette accusation n'a aucune substance et LVMH le démontrera devant le tribunal civil du Delaware", tient-il à souligner.

Le géant du luxe affirme que "la notification à Bruxelles interviendra, comme prévu, dans les prochains jours et cette date résulte simplement du planning fixé avec la Commission européenne elle-même, ce que Tiffany sait parfaitement. Et il est légitime de penser que son autorisation sera obtenue courant octobre".

Par ailleurs, le groupe indique que son conseil d'administration "a constaté que les résultats (de Tiffany) du premier semestre et ses perspectives pour l'année 2020 sont mauvais, et significativement inférieurs à ceux des marques comparables du groupe LVMH pendant la période".

Le groupe de Bernard Arnault indique qu'il sera "donc amené à mettre en cause la gestion de la crise par le management de Tiffany et son conseil d'administration".

"LVMH estime, entre autres, que cette période est affectée par une situation de force majeure, que Tiffany n'a pas suivi un cadre normal de gestion, notamment en distribuant des dividendes substantiels alors que la société était en perte et que les opérations et l'organisation de cette société n'ont pas été préservées".

En conclusion, LVMH "confirme donc, que les conditions nécessaires à la réalisation de l'acquisition de Tiffany ne sont pas réunies".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.