Marianna Ladreyt structure sa marque

La prometteuse créatrice Marianna Ladreyt voit son projet mode se concrétiser cette année avec le lancement de l’e-commerce, une nouvelle image et un producteur fiable. La designer française, d’origine chypriote par sa mère, a franchi une étape avec le lancement début 2019 de sa première ligne de prêt-à-porter, qui vient compléter la collection de sacs lancée en 2018.
 
La doudoune à ouverture diagonale - mariannaladreyt.fr

La jeune femme de 29 ans s’est fait remarquer au Festival de Hyères en 2017 avec une collection d’habillement pour homme, d'esprit unisexe, très graphique et colorée réalisée dans des matières sportives, autour du thème de la toge. Ce sont finalement les sacs en nylon et grosses cordes de varappe, réalisés pour sa collection, qui font mouche et qu’elle va développer dans un premier temps.

« Je suis fascinée par la toge, par la simplicité de la gestuelle avec le nœud que l’on fait et défait, qui reste et montre le mouvement figé sans le figer », raconte la styliste, depuis toujours attirée par l’art. Originaire de La Teste de Buch près d’Arcachon, Marianna Ladreyt débute son cursus à l’Ecole des beaux-arts de Toulouse avant de poursuivre à l'académie Gerrit Rietveld d’Amsterdam, entre cours théoriques et un travail approfondi autour du corps et du mouvement dans l’espace.

Après un stage à New York chez la designer Melitta Baumeister, elle revient à Paris où elle assiste pendant huit mois la créatrice Hyun Mi Nielsen et tente sa chance à Hyères. Par la suite, elle se fait repérer et intègre en février le showroom Designers Apartment, soutenu par le Défi et opéré par la Fédération de la haute couture et de la mode.
 
L’occasion de présenter une collection de prêt-à-porter haute en couleurs et fun, truffée de trouvailles. On y retrouve, en particulier la corde épaisse, orange flashy ou jaune, qui s’enroule autour du corps, joue les ceintures avec une jolie boucle métallique, se noue dans une tunique-filet à maille large, sert de lacets dans des sandales ou sur un bob en plastique transparent, ou encore à froncer une robe longue. « J’ai choisi pour cette collection le thème du naufragé, qui tresse, noue pour recréer sa société », glisse la styliste qui a été invitée en avril à revenir à Hyères dans l'espace The Formers.


Une silhouette de l'automne-hiver 2019/20 - mariannaladreyt.fr
 
D’étranges constellations réfléchissantes illuminent des ensembles en denim. Un dessin de palmier décore robes et pantalons, s’agrandit dans le dos d’un manteau ou ponctue un col roulé fin. Une énorme doudoune orange, doublée en taffetas de soie bleue, s’enfile par la tête comme un sweat mais peut s’ouvrir en diagonale grâce à un zip.

Un pantalon en laine géant se referme sur soi, comme s’il enveloppait le corps. Ailleurs, un autre modèle présente une taille asymétrique, comme si une hanche était plus haute que l’autre, « pour rendre le mouvement du déhanché ». Le bomber d’aviateur se transforme en kimono.
 
Avec le lancement de l’e-shop cette année, qui distribue pour l’instant principalement les sacs, Marianna Ladreyt a retravaillé l’identité graphique de la marque. Parallèlement, la designer a fait jouer ses contacts familiaux en Grèce et trouvé une usine de confection à Athènes spécialisée dans la production d’uniformes pour enfants. « Ils sont très forts. Nous avons commencé par les sacs et les bobs. Cela m’a permis de baisser les prix », se réjouit-elle, bien décidée à passer à la vitesse supérieure.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversCréation
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER