Marilyn Feltz change d’adresse et se penche sur l'homme

Passée du pittoresque passage du Bourg l’Abbé dans le IIème arrondissement parisien à une rue commerçante du Marais, Marilyn Feltz entend bien impulser une nouvelle énergie à la marque à laquelle elle a donné son nom et qu’elle a fondée avec son mari Alexis Gaffuri en 2014. Exit la minuscule boutique-showroom de 17 mètres carrés dans laquelle ils s’étaient installés quelques semaines après le lancement de Marilyn Feltz. En avril dernier, ils ont investi une surface quatre fois plus grande, de 70 mètres carrés, au sein de la rue Charlot.
 
La robe Santa Margherita de Marilyn Feltz - Instagram @marilynfeltz

« La boutique du passage du Bourg l’Abbé était dans un passage charmant mais inconnu du grand public. Avec la boutique de la rue Charlot, nous sommes plus exposés et il y a beaucoup de passage. Si dans le IIème arrondissement notre clientèle venait sur rendez-vous, ici, beaucoup de personnes se baladent pour trouver de nouvelles marques de créateurs. Les clients sont prêts à réaliser des achats spontanés et ont l’habitude de faire du shopping créateur », explique Marilyn Feltz, qui se dit ravie des trois premiers mois d’activité de son magasin.
 
Au sein de cette nouvelle adresse, les deux fondateurs dévoilent les 20 modèles qui composent les collections capsules de la griffe, renouvelées trois fois par an. En plus, grâce à leur atelier de production à Paris, qui travaille exclusivement pour eux, ils peuvent être réactifs et injecter de nouvelles pièces en fonction des demandes des clients. Les matières, elles, proviennent essentiellement de France. Les brodeurs sont aux alentours de Cambray, dans le Nord de la France, tandis qu’ils se fournissent en tissus wax, utilisés pour les collections estivales, aux Pays-Bas. En parallèle, ils récupèrent, au fil des coups de cœur, des fins de stocks de Haute Couture, des rouleaux de 100 ou 200 mètres trop volumineux pour des particuliers mais pas assez pour les grandes marques.

Avec un circuit court et un nombre d’intermédiaires limité, Marilyn Feltz est capable de proposer des créations de prêt-à-porter moyen/haut de gamme (compter au moins 150 euros pour une robe, 80 pour un haut), ainsi qu’une ligne plus luxe, faite de robes longues ou jacquard à partir de 340 euros.
 
Si jusqu’ici, son canal de distribution principal était Internet (70% du chiffre d’affaires), depuis l’ouverture du nouveau magasin, le rapport semble s’équilibrer. En parallèle, la marque Marilyn Feltz, déjà présente dans plusieurs concept-stores (au Japon, à Dubaï et en Allemagne) pense se tourner davantage vers le wholesale et également utiliser son espace de vente comme showroom pour accueillir les acheteurs.
 
La collection Blousons Noirs - Instagram @marilynfeltz

En plus, le couple d’entrepreneurs, seul à bord du capital de la griffe, a décidé de créer une mini-ligne masculine nommée Blousons Noirs. Développée depuis un an, elle rassemble une douzaine de modèles, produits dans les mêmes ateliers que Marilyn Feltz, avec pour inspirations le rock et les influences rétros. « Je remarquais depuis un moment que les hommes qui accompagnaient leurs amies dans la boutique tournaient en rond entre les portants. Donc je me suis dit que nous devrions en profiter pour imaginer une petite collection à leur attention », précise Alexis Gaffuri.

Dans le futur, Marilyn Feltz et Alexis Gaffuri espèrent ouvrir des magasins à Londres et à New York, où ils ont de nombreux clients. En attendant, ils veulent continuer à faire grandir leur marque tout en promouvant une « slow fashion », fabriquée de manière artisanale en France.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLuxe - Prêt-à-porterDistribution
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER