×
Publié le
26 juin 2012
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Maroc: Fès Fast Fashion fait des débuts encourageants

Publié le
26 juin 2012

Le nouveau salon itinérant de la production marocaine d’habillement est parvenu à réunir à Fès quelque 600 visiteurs. Parmi eux, plus d’une centaine de représentants de grandes marques européennes, principalement visées par le rendez-vous. Adidas, Camaïeu, Promod, Monoprix, Armand Thiery, Phildar ou encore Etam ont fait partie des marques représentées dans les allées.


Fès Fast Fashion

"Grâce au salon, nous avons pu mettre les marques en relation avec des entreprises avec lesquelles elles n’ont pas l’habitude de travailler", explique Mohamed Tazi, directeur général de l’Amith (Association marocaine des industries du textile-habillement), qui organise le salon. "Ce sont des entreprises techniquement bonnes, mais qui n’ont pas forcément les attributs pour aller se vendre, et exposer à l’étranger".

Du 20 au 22 juin, quelque 65 entreprises présentaient leur savoir-faire. Un peu moins que le nombre escompté, ce qui fait pencher vers une organisation prochaine en 2 jours, afin de maintenir le rythme d’activité. L’Amith pointe cependant la bonne tenue du salon, et la satisfaction du côté des exposants. Des exposants qui, pour certains, expliquent même avoir eu de meilleurs résultats que sur le salon Maroc in Mode.

"L’inconvénient au Maroc est que beaucoup de gens ne fonctionnent que par les centrales d’achat. Ils ne vont plus chercher les marques, créer des liens directs", déplore Gregory Petit-Peucelle, directeur général de Maroc Modis, filiale du groupe Triumph. "Ce sont les centrales qui verrouillent cela de la sorte. Alors qu’aller au devant des marques donne plus de dynamisme et sécurise les choses à long terme. Sur le salon, la question n’est pas de savoir si les fabricants sont bons, mais s’ils sont accessibles".

Un avis que ne partage pas Mehdi Ghorfi, responsable de Vêtir 2000, qui produit pour les marques Promod, Blanco, Sinéquanone, Cortefiel ou encore Max Mara. "Il est normal de préférer travailler avec les gens que l’on connait. Moi, je ne peux au maximum rentrer qu’un nouveau client par an: question de capacité", explique-t-il. "Pour moi, le salon est un peu petit. Ce qui marche bien, ce sont les rencontres BtoB organisées par l’Amith, qui repère à l’avance des clients dont les besoins correspondent aux nôtres. L’avantage sur ce type de rencontre, c’est que l’on sait d’avance que les personnes sont intéressées".

De passage dans la région pour rencontrer ses fournisseurs, Pierre Michel Guyomard a fait le détour par Fès Fast Fashion. Directeur sourcing et qualité de la marque Grain de Malice, il se fie au savoir-faire marocain. "Nous sommes très satisfaits avec nos partenaires locaux", explique-t-il. "Que ce soit dans la façon ou les produits finis, cela répond à nos attentes. Ils ont une histoire textile longue et intéressante, un savoir-faire que l’on ne trouve pas forcément ailleurs. C’est naturellement le pays dont on se sent le plus proche".

Forts de cette nouvelle expérience, les professionnels marocains se réuniront une nouvelle fois du 10 au 12 octobre à Casablanca, à l’occasion des salons Maroc in Mode et Maroc Sourcing. Les deux rendez-vous avaient réuni 150 sociétés lors de la dernière édition.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com