×
Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
20 févr. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Max Mara ou le chic nautique

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
20 févr. 2020

Jeudi matin, la tendance "volumes" est encore montée d'un cran à Milan, au cours du défilé Max Mara — une superbe démonstration de mode romantique, avec ce léger esprit nautique qui caractérise la marque basée à Reggio d'Émilie.


Max Mara - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter féminin - Milan - © PixelFormula


Une fois de plus, le directeur artistique Ian Griffiths a choisi de faire référence aux années 1980, n'hésitant pas à élargir démesurément les épaules ou à choisir des tubes de l'époque pour sa bande-son, comme le titre "Wot" de Captain Sensible.

Pourtant, il s'agissait au fond d'une vision pleine de tendresse, qui rappelait la mer et l'univers nautique. De merveilleux manteaux d'officiers, coupés dans de très beaux draps de laine masculins à rayure craie —, des manteaux en cachemire drapés avec générosité, ou encore des vestes d'hiver à pampilles. Mais parmi ce vestiaire, le modèle qu'il préfère est sans doute l'élégante robe de chambre, nouée à la taille à l'aide d'une ceinture.

Entre les mains du créateur, chaque pièce de la garde-robe est remise au goût du jour — ici, c'est le blazer de commodore du dernier look, porté par Kaia Gerber, dont la coupe surdimensionnée et les manches ballon font basculer les épaules. Là, c'est la blouse de peintre traditionnelle, réinventée en caban, coupé très court dans une laine feutrée. 

Des vêtements taillés pour la nouvelle "Face of the Future" de Max Mara, Gemma Chan, la gentille belle-sœur du film Crazy Rich Asians, assise au premier rang.

"J'ai commencé par penser à la couleur bleue, puis à la mer. Puis, à tous les artistes qui ont fait référence à l'océan, de Shakespeare à Tracey Emin en passant par Jean Genet dans Querelle", raconte Ian Griffiths à FashionNetwork.com.  


Max Mara - Automne-Hiver 2020 - Prêt-à-porter féminin - Milan - © PixelFormula


Des nuances de bleu très sombres, il faut le dire. Et, comme pour rappeler que Max Mara mettra le cap sur Saint-Pétersbourg au printemps (pour y présenter sa prochaine collection croisière), les mannequins avaient tous les yeux charbonneux, en écho à Occi Ciornie ("Les Yeux sombres" en VF), une célèbre chanson russe.

Ian Griffiths a eu d'autres bonnes idées : le créateur a notamment assorti plusieurs manteaux avec ses grands cabas, coupés tantôt en cuir noir embossé, tantôt en fausse fourrure de mouton à larges rayures beiges et bleues. Des pochettes, des sacs à main et des gourdes assortis étaient attachés à l'extérieur de chaque sac — si Max Mara n'a pas encore eu la chance de sortir un "it bag" (malgré le succès de son sac "Whitney"), ce nouveau modèle devrait faire des adeptes.

En un mot, Max Mara — l'un des piliers de la mode italienne — est tout à fait en phase avec l'air du temps, qu'on pourrait résumer en trois tendances principales : sensibilité "Haute Couture", finitions créatives et volumes généreux.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com