Mazarine apporte sa mode raffinée à l’esprit ludique sur les Champs-Elysées

Mazarine incarne le charme discret d’une mode délicate et de qualité, se démarquant par son style frais et créatif. Fondée fin 2015, la marque, qui a remporté le Grand Prix de la Création de la Ville de Paris la même année, a réussi ces cinq dernières saisons à étoffer son univers, tout en préservant sa démarche dans un marché très concurrentiel. Elle investit sous peu la plus belle avenue du monde.


Une silhouette pour le printemps-été 2019 - Mazarine

La maison 100 % made in France, qui fait la part belle aux matières et aux détails couture, va s’installer en effet à partir du 17 décembre sur les Champs-Elysées, au numéro 26, avec un espace de 62 mètres carrés qui restera ouvert jusqu’au 29 juillet 2019 et accueillera durant cette période sa toute première boutique physique ainsi que l’atelier avec aux commandes la créatrice Hélène Timsit.

Mazarine avait déjà investi des espaces éphémères pour vendre ses collections, mais jamais au-delà de quatre à dix jours. Avec cet espace, elle va pouvoir tester le potentiel d’un vrai point de vente en captant aussi l'attention de nombreux touristes. Autre projet, qui devrait être lancé en décembre, une formule de personnalisation, qui permettra aux clientes de faire customiser quelques pièces de la collection.

Ancienne chef de studio de la maison de couture Yiqin Ying, Hélène Timsit (31 ans), qui a été aussi l’assistante de la collectionneuse de vintage Anoushka, s’est diplômée à l'école londonienne Central Saint Martins. Pour lancer sa marque, via la société Studio Bleu dont elle a la majorité, la créatrice a fait appel à Quentin Poisson (30 ans), avec qui elle a fréquenté il y a 11 ans une école de prépa pour HEC.

Ce dernier était parti entre-temps étudier au Canada. Revenu en France avec en poche un Master en relations internationales obtenu à l’université McGill de Montréal, il intègre le ministère des Finances, qu’il abandonne pour se lancer dans cette aventure. Le projet est baptisé Mazarine, en référence au beau bâtiment historique qui abrite la bibliothèque du même nom, au cœur de Paris, quai de Conti, au bout du pont des Arts.


Hélène Timsit et Quentin Poisson - Mazarine

Un lieu circulaire, comme le logo de la marque, et secret, puisqu'elle n'est pas ouverte à tous, qui correspond bien au style Mazarine, s’inspirant souvent d’époques indéfinies et de lieux imaginaires. Comme le précise la maison sur son site, son offre est axée sur « des silhouettes désinvoltes et réfléchies, aux esthétiques structurées ».

La garde-robe est composée de vêtements au style épuré très contemporain, tout en affichant un esprit ludique qui joue sur les lignes souvent arrondies, les coupes et les détails aussi bien en termes de construction que de design. « Nous voulons proposer une mode créative mais accessible. J’adore sélectionner les tissus. Nous choisissons toujours de belles matières précieuses issues de maisons françaises, italiennes et japonaises, et travaillons avec des fabricants français », explique à FashionNetwork.com Hélène Timsit. Le pantalon est vendu entre 250 et 350 euros, la robe entre 260 et 600 euros, les tops autour de 250 euros, les manteaux entre 500 et 600 euros.

Le label, qui a intégré depuis deux ans Designers Apartment, le showroom incubateur dédié à la jeune création française piloté par la Fédération de la Haute Couture et de la Mode avec l’appui du Défi, figurait pour la première fois en septembre dans le calendrier parisien officiel des présentations de la Fashion Week féminine. A cette occasion, Mazarine a pu organiser son deuxième défilé dévoilant sa collection pour le printemps-été 2019.


Un esprit désinvolte mais raffiné caractérise la maison - Mazarine

Une collection décontractée sophistiquée avec des tricots en jersey côtelé japonais, des vestes en toile de jute décorées d’inserts en cuir, des ensembles pantalons aux couleurs du ciel ou du sable, des jupes et robes en soie déclinées dans des teintes chatoyantes orangées, terre de Sienne ou bleu Klein, les bords délicatement ondulés ou décorés par une rangée de boutons. Les bijoux ont été réalisés en collaboration avec Christophe Lhote, finaliste au Festival de Hyères en 2017.

A travers son e-shop, où pour chaque produit sont clairement indiqués la composition, la provenance du tissu, le lieu de production ainsi que des conseils pour le lavage, Mazarine peut déjà compter sur une clientèle directe importante, tandis qu’elle a commencé à être vendue aussi auprès de boutiques multimarques, notamment aux Etats-Unis, en Suède, en Espagne et au Koweït.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversCréation
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER