×
Publicités
Par
AFP
Publié le
28 sept. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mexique: la lutte des tisserandes indigènes pour leurs créations

Par
AFP
Publié le
28 sept. 2021

Les tisserandes indigènes d'un village niché dans les collines verdoyantes du sud du Mexique se battent pour vivre dignement de leurs créations, en butte à une industrie de la mode accusée de piller leurs traditions.


Mexique: la lutte des tisserandes indigènes pour leurs créations Une tisserande au travail dans un atelier de Mexico, le 8 septembre 2021. - AFP


Leur lutte prend un tour d'autant plus symbolique que le Mexique célèbre le bicentenaire de la consécration de son indépendance en mettant justement l'accent sur la résistance des peuples amérindiens confrontés à la colonisation espagnole.

Dans la cour de la maison de Julia Pérez, une dynamique artisane Tzotzil de 39 ans, l'agitation et les rires tranchent avec le silence du soir à Zinacantan, à peine troublé par le bruissement du vent dans les arbres.

Assises sur des couvertures étalées sur le sol, des tisserandes filent à l'aide d'un métier à tisser ancestral des étoffes à l'esthétique raffinée, où se marient une multitude de couleurs vives. "C'est pourquoi nous les utilisons toujours dans nos créations", explique Julia.

La joie de la filature des tisserandes ne doit pas tromper: le travail de filage est laborieux et complexe, et nécessite une grande dextérité, précise-t-elle.

La valorisation du temps de travail et la créativité sont des notions clés que ces artisanes ont acquises grâce à la rencontre avec deux autres femmes, Dulce Martinez de la Rosa et Daniela Gremion, des citadines qui ont vu le monde, mais sont tout aussi dévouées à l'art traditionnel mexicain.

Daniela a rencontré Julia il y a plus de dix ans et a tout de suite identifié la qualité de son travail. Elle lui a donc proposé une collaboration. Depuis, elles ont entrepris un apprentissage commun, dans un climat de confiance et d'amitié.

Sous la marque Fabrica Social, le projet de Dulce et Daniela, des artisanes de six États mexicains développent, en plus de l'aspect commercial, des formations pour améliorer les conditions de travail et combattre les inégalités commerciales.

Les tisserands arrêtent leur travail, installent des chaises et une table dans la cour. Daniela Gremion commence alors à passer en revue quelques concepts de base concernant les coûts, les dépenses et d'autres questions fondamentales pour atteindre un objectif crucial mais complexe: le commerce équitable.

Avec un enthousiasme digne de collégiennes, les tisserandes écoutent et discutent entre elles. "C'est un outil qui nous aide beaucoup à fixer un prix pour un produit qui est souvent difficile à estimer", explique Daniela, 40 ans.


Des femmes indigènes travaillent sur des métiers à tisser, le 8 septembre 2021 à Zinacantan, dans le sud du Mexique. - AFP


Au-delà de sa valeur marchande, l'art textile de nombreux peuples mexicains représente un patrimoine culturel et historique maintes fois usurpé par les grandes maisons internationales de la mode.
Depuis 2019, le gouvernement de gauche du président Andrés Manuel Lopez Obrador a exigé des explications publiques de la part de stylistes comme la Vénézuélienne Carolina Herrera et la française Isabel Marant, et de marques comme Zara pour "détournement culturel" dans leurs collections.

"Ce n'est pas juste qu'ils nous fassent ça à nous, les indigènes que nous sommes (...) nous ne sommes pas célèbres comme eux, ce n'est pas juste qu'ils nous utilisent", déplore Julia Pérez.

Pour Dulce de la Rosa, 42 ans, le fait que les grandes marques s'approprient le patrimoine indigène "sans aucun coût ni responsabilité" démontre l'asymétrie du pouvoir entre les entreprises transnationales et les créateurs locaux.

"Les artisans de ce pays, leur travail, leurs techniques et leurs procédés devraient être aussi connus que Carolina Herrera, Isabel Marant, Zara ou Mango, et c'est là le véritable combat", dit-elle depuis son atelier à Mexico.

"Nous vivons dans un système économique qui est encore absolument colonial", dénonce-t-elle.

Fabrica Social est l'un des nombreux projets soutenus par le ministère mexicain de la Culture pour sa plateforme "Original", qui cherche à promouvoir des "collaborations éthiques" entre les grandes entreprises et les artisans, dans le respect de leurs droits collectifs et créatifs.

De retour à Zinacantán, Sara Pérez, 31 ans, cousine de Julia et membre du projet, confirme le désir commun de se transcender en défendant leur talent et leur identité. "Nous aimerions que notre travail soit reconnu parce qu'il est bien fait, bien élaboré, qu'il est réalisé avec tout notre cœur et que nous travaillons avec des matériaux fabriqués au Mexique", dit-elle.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.