×
Publicités
Publié le
23 sept. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Milan: après l’apéro avec MM6, tous en boîte à la plage avec GCDS !

Publié le
23 sept. 2021

Après la parade sportive de Boss, qui a ouvert la matinée dans un stade de baseball, la deuxième journée des défilés milanais s’est achevée en beauté, jeudi soir, par deux shows ludiques plein de fraîcheur et de fantaisie: MM6, qui a choisi de défiler à "La Belle Aurore", bar milanais au charme délicieusement rétro, et GCDS, qui a dévoilé un film aquatique-futuriste à l’atmosphère déjantée et féérique.


L'apéro de MM6 au bar la Belle Aurore - ph Dominique Muret


Pour son premier show physique à Milan, MM6, qui a déjà défilé à Londres et à New York par le passé, a sorti le grand jeu. Ayant intégré depuis deux saisons le calendrier italien, la ligne contemporary de Maison Margiela, créée en 1997 et dessinée par un collectif qui reste anonyme, s’est emparée de La Belle Aurore, un bar à la saveur authentique avec son décor désuet qui n'a pas changé depuis plus de 30 ans, ainsi que de toute la rue qui le contourne pour y installer une grande terrasse, où les invités ont pu prendre un apéro en attendant le début des réjouissances.

Tandis que les garçons en veston noir sortaient et entraient dans le bar dans un ballet incessant, les plateaux chargés de boissons, les spectateurs pouvaient déguster un casse-croûte joliment présenté dans des boîtes en carton blanc, sur la serviette à carreaux rouges qui faisait office de carton d’invitation. "L’idée, c’était de se retrouver enfin ensemble, et de fêter ces retrouvailles autour d’un verre, dans un esprit festif", glisse un porte-parole de la maison.

L’ambiance est bon enfant, les voisins sont sortis sur la pas de la porte et regardent avec curiosité l’agitation autour d’eux. Sans crier gare, le premier mannequin vêtu d’un costume blanc avec un blazer à trois manches déboule du fond de la rue pour entrer dans le bar. Une autre modèle la suit vêtue d'un fourreau en satin noir et de longs gants glamour.


Le premier look du défilé - MM6


C’est la fête ! La bande-son fellinienne enchaîne les classiques de Nino Rota et les tubes italiens des années 1950 pour une ambiance Dolce Vita. La collection s’inspire comme toujours des archives de l’inventif Martin Margiela avec une touche d’irrévérence, comme l’illustre ce costume en papier craft avec sa ceinture-ficelle.

Mais soudain, elle semble prendre la tangente. Et le show se transforme en une sorte de parade d’Halloween avec une série d’ensembles déclinés dans un damier psychédélique arlequin, des grosses collerettes fraise façon clown ou encore avec ce top-filet en forme de grande toile d’araignée. Ne manque plus que la sorcière, avec son chapeau pointu et sa robe noire gothique à pointes.

C'est dans un tout autre univers, sexy-chic et onirique, que nous entraîne pour sa part GCDS à travers une vidéo envoûtante réalisée par le designer Giuliano Calza, dans un décor futuriste de planète rouge aux dunes infinies. "J’ai imaginé une île, un monde fantastique sous-marin où j'aurais voulu aller après la période sombre que nous venons de passer", nous explique le créateur.

"L'esprit est facile, léger et estival, un peu Seventies avec un côté aussi très glam avec des milliers de cristaux. Comme si j’avais recréé le Studio 54 sur une île", s’amuse le styliste, qui avec cette collection ultra riche monte encore en gamme. Tout se joue dans les détails, les ornements et les looks. Juchées sur des sandales à maxi plateau aux talons vertigineux (25 centimètres), les mannequins traversent ce décor nimbé de mystère dans des tenues ultra-courtes scintillantes.


L'île rêvée du label napolitain - GCDS


Les cardigans en lurex reproduisent le coucher du soleil sur la mer, dans un dégradé de rouge-orange-rose, virant au bleu-gris. Un bermuda en denim est couvert de pierres en forme de larmes. Une pluie de paillettes s’empare de certains survêtements. Des mini tuniques en tulle sont également décorées de cristaux. Dans quelques pièces, aux imprimés pop, on entrevoit les personnages du manga japonais culte One Piece.

Le thème marin parcourt bien sûr toute cette collection pour le printemps- été 2022, à travers le prisme ludique typique de GCDS. Des têtes de pirate forment la trame d'une robe ajourée réalisée au crochet, rehaussée de cabochons émeraudes.  Idem pour le top et la mini jupe à maxi franges. Ailleurs, trois pans d’organza en forme de vague composent une veste dans différentes tonalités de bleu, tandis qu'un chemisier azur impalpable rappelle la mer.

Des manteaux en denim rose sont comme usés par le soleil et l’eau salée. Des bonnets de bain rétro sont tricotés au crochet façon résille et garnis de perles. Des grands chapeaux et sacs en raphia complètent cette garde-robe pensée pour les vacances et le retour aux temps heureux. "Je me suis beaucoup amusé à faire cette collection. Tout semble facile au premier coup d'oeil alors qu’il y a un énorme travail artisanal et de recherche derrière chaque pièce", souligne Giuliano Calza.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com