×
Publicités
Par
AFP
Publié le
21 sept. 2009
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Milan: les défilés débutent mercredi 23 septembre dans un contexte de chute des exportations

Par
AFP
Publié le
21 sept. 2009

ROME, 21 sept 2009 (AFP) - Après Londres et en attendant Paris, la semaine de la mode milanaise s'ouvre mercredi 23 septembre avec plus de 90 défilés au programme pour la mode féminine printemps/été 2010, dans un contexte de chute des exportations du prêt-à-porter italien pour femmes au premier semestre 2009.


Défilé Prada, automne/hiver 2009 - Photo : Pixel Formula

La maison Elena Miro, griffe destinée aux femmes rondes, ouvrira comme à son habitude le bal des défilés qui dévoileront jusqu'au 29 septembre les collections des maisons italiennes les plus prestigieuses.

Dès jeudi, Giorgio Armani et Prada feront leur entrée sur les passerelles, tout comme Just Cavalli.

Vendredi viendront le tour d'Alberta Ferretti, Versace, Gianfranco Ferré et Jil Sander, suivis samedi par Bottega Veneta, Roberto Cavalli, Emporio Armani, Moschino et Max Mara.

Les collections Missoni, Etro, John Richmond et Salvatore Ferragamo seront présentées dimanche. Enfin, lundi, se succèderont notamment Dsquared2, Frankie Morello et Laura Biagiotti.

Les journées de mercredi et du 29 septembre seront consacrées à des marques moins connues à l'étranger.

Selon une étude publiée le 17 septembre de Sistema Moda Italia (SMI, fédération rassemblant quelque 60.000 entreprises du secteur de l'habillement), les exportations italiennes de prêt-à-porter féminin ont fortement chuté, notamment hors de l'Union européenne, durant les cinq premiers mois de 2009.

De janvier à mai, les exportations ont baissé de 25,3% vers la Russie, de 26,8% vers les Etats-Unis, de 12% vers la Suisse et de 18% vers le Japon. Dans l'Union européenne, les chutes les plus importantes concernent l'Espagne (-16,7%) et le Royaume-Uni (-15%).

Au vu de ces chiffres, le président de SMI Michele Tronconi a demandé "une action de politique économique, avec des mesures et interventions du gouvernement en faveur du secteur dans les mois à venir...".

Sans ce type de mesures, le SMI estime à 56.000 le nombre de postes de travail qui pourraient être supprimés dans le secteur de la mode sur des effectifs estimés à 510.000.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.