×
Publicités
Publié le
26 sept. 2021
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Milan: MSGM, Shi.RT et Vitelli revitalisent le made in Italy

Publié le
26 sept. 2021

La Semaine de la mode milanaise est parvenue une fois de plus à attirer l’attention sur de nouvelles visions créatives, pensées par des designers inventifs, pas forcément tout jeunes, mais qui connaissent bien le secteur et se positionnent aujourd’hui sur le marché avec des projets originaux et pertinents. Ce week-end, notamment, se sont illustrés MSGM, marque déjà bien affirmée, ainsi que les nouveaux labels Shi.RT de Tommaso Aquilano et Roberto Rimondi et la marque de maille Vitelli de Mauro Simionato.


L'été prochain imaginé ar Massimo Giorgetti - MSGM


Pour son retour sur les podiums, MSGM a choisi le parc du nouveau quartier de Porta Nuova avec ses parterres de lavandes et herbes hautes poussant aux pieds des gratte-ciels. Le styliste Massimo Giorgetti a fait débouler sur les allées une bande de jeunes filles joyeuses et délurées, dans leurs claquettes de plage arc-en-ciel, visière vissée sur la tête, la petite mallette à gouter dans la main. Elles endossent des tenues fraîches et pimpantes dans un style très estival.

La légèreté domine dans les tissus (cotons, jerseys, stretch), dans les looks au ventre nu mais aussi et surtout dans un esprit jeune et décontracté, tandis que les couleurs fluo et vitaminées injectent de l’énergie à l’ensemble. En particulier via des top-cropped volantés ou des brassières élastiques, qui s’enfilent sur les vêtements pour une touche flashy.

Massimo Giorgetti s’amuse avec les carreaux, des classiques petits carrés Vichy pour bermudas, chemisiers, pantalons, tops, jupes et polos (rose, vert et orange) au tartan choisi pour les vestes en tweed à bords effilés. Il convoque aussi une série d’imprimés fleuris, allant du style Seventies à la peinture impressionniste. Des robes ou survêtements en dentelle complètent cette garde-robe  composée d’une multitude de pièces faciles et désirables.


Les paillettes et couleurs vives de Tommaso Aquilani et Roberto Rimondi - Shi.RT


Ambiance très punchy-pop aussi chez Shi.RT, la marque lancée par Tommaso Aquilano et Roberto Rimondi en 2019 autour d’un monoproduit, la chemise et la robe en coton. L'offre s’est étoffée au fil des saisons avec des tops, des jupes et des pantalons, tout en restant fidèle à son concept d’origine. A savoir un produit de qualité 100% italien, portable aussi bien par la jeune fille que par la femme mûre, à un prix très accessible (les chemises sont vendues à 98-100 euros, les robes élaborées ne dépassent pas les 500 euros).

Et ça marche ! "La saison dernière, en pleine pandémie, nos ventes ont bondi de 30%. On est dans une cinquantaine de boutiques top, en Chine, à Taïwan mais aussi en Europe, surtout en Suisse, Allemagne, France et Belgique. Même avec moins d’argent, nos clientes sont prêtes à dépenser, mais elle veulent un produit concret qu’elle puisse mettre", nous confie Roberto Rimondi en backstage.

Pour l’été prochain, le duo s’est inspiré des couleurs d’Yves Saint Laurent et des graphismes chromatiques du styliste américain Stephen Burrows, ainsi que des peintures d’une artiste néerlandaise découverte sur Instagram. Résultat: une collection pêchue, multicolore et scintillante.

Les pièces, déclinées rigoureusement en trois types de coton (popeline, cady et gaufré), sont à la fois faciles et toujours rehaussées d’un twist, des épaules pointures très Eighties aux grands nœuds noués à la taille avec une paire de manches, comme si on avait noué une chemise sur les flancs. Surtout, le duo fait appel aux paillettes de toutes les tailles et couleurs pour illuminer la majorité de tenues.


Les mailles ultra élaborées de Mauro Simionati - Vitelli


Vitelli incarne pour sa part l’une des nouvelles réalités les plus intéressantes du made in Italy, distribuée pour l’heure auprès d’une dizaine d’adresses top dans le monde. S’inspirant aux nomades et au mouvement hippy, la collection a été dévoilée vendredi dans l’outlet de 10 Corso Como avec, en marraine, Carla Sozzani venue encourager le designer Mauro Simionato, pour son tout premier défilé.

"Nous sommes les punks multi-ethniques de la couture italienne", proclame la marque dans une note d’intention. Le ton est donné. Les mailles aux manches lâches extra-longues sont délicates et fines, quasi transparentes, dégageant une impression de fragilité. Certains manteaux et pantalons semblent brodés dans un enchevêtrements complexe de fils. D'autres pièces sont composées de mailles s’apparentant à des tissus feutrés. Des maxi ponchos étirent leurs striures dans des courbes naturelles. Les looks ont un style brut, presque primitif.

"C’est de la maille expérimentale inspirée au mouvement musical italien de 1979-80 Cosmic et à la jeunesse d’aujourd’hui. Le défi, c’était de montrer toutes les typologies de traitements que nous avons développés ces dernières années, et en même temps de présenter Vitelli comme une ligne contemporaine pleine de style italien", nous explique Mauro Simionato.

Originaire de la Vénétie, âgé de 39 ans, il a créé le label en 2016 après une longue expérience dans le secteur, d’abord comme fondateur du showroom milanais multimarque 247 et de la marque de souliers Volta, puis comme directeur artistique consultant entre autres pour Belstaff, Barena, Golden Goose et Clarks. Sa rencontre avec Giulia Bortoli, spécialiste du tricot, qui lui a fait découvrir l’univers de la maille, sera fondamentale (cette dernière a depuis quitté l’entreprise).

De là démarre l’aventure de Vitelli, un collectif d’une dizaines de créatifs artisans, qui multiplient les expérimentations autour du fil, récupérant les fonds des bobines, habituellement jetés, mais aussi les fils provenant de stocks ou de chutes de lisières textiles, pour créer des textures hybrides entre tricot et tissu.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com