×
Par
AFP
Publié le
20 déc. 2020
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Miss France 2021: une élection ternie par des tweets antisémites contre sa première dauphine

Par
AFP
Publié le
20 déc. 2020

Les Epesses (France), 20 déc 2020 (AFP) - Amandine Petit, Miss Normandie, a été élue Miss France 2021 dimanche au Puy-du-Fou en Vendée, un évènement marquant le centenaire des concours de beauté en France, terni par des tweets antisémites visant sa première dauphine qui ont indigné la classe politique.


Amandine Petit est Miss France - AFP


La nouvelle Miss France a été élue sans public en raison du contexte sanitaire. Blonde aux yeux bleus âgée de 23 ans, Amandine Petit est étudiante en Master 2 à Caen avec l'objectif de devenir "directrice d'établissement de santé". Elle a été choisie parmi 29 candidates de 18 à 24 ans pour succéder à Clémence Botino (Miss Guadeloupe 2019), Miss France 2020.

La première dauphine d'Amandine Petit est Miss Provence, April Benayoum, et sa deuxième dauphine est Miss Côte-d'Azur, Lara Gautier.

L'élection au poste de première dauphine d'April Benayoum a suscité de nombreux commentaires antisémites sur les réseaux sociaux après avoir révélé que son père était d'origine israélienne, déclenchant de vives réactions de la classe politique.

"Je ne vois qu'une jeune femme française participant à un concours qui en fait rêver tant d'autres. Je ne vois que cela", a tweeté le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti. "Que ceux qui y voient l'opportunité de déverser leur haine antisémite sachent que la justice leur fera ouvrir grand les yeux", a ajouté le garde des Sceaux.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, "profondément choqué", a affirmé que "les services de police et de gendarmerie sont mobilisés" tandis que la ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a indiqué qu'elle adressait au procureur un signalement sur la base de l'article 40 du code de procédure pénale, imposant à toute autorité publique de signaler une infraction dont elle a connaissance.

Renaud Muselier, président LR de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, où vit April Benayoum, a déploré une "abomination", soulignant que la jeune femme est "française, d'origine italienne et israélienne, provençale, du sud" et "représente parfaitement notre région et notre pays".

"Rendez-vous devant la justice pour les twittos qui hier soir ont transformé Twitter en cloaque antisémite contre Miss Provence", a promis de son côté la Licra, en envisageant "une action de groupe". L'union des étudiants juifs de France (UEJF) a dénoncé "un concours d'antisémitisme".

"Je trouve ça triste qu'on en soit encore là en 2020, il faut se mobiliser pour que cela s'arrête. Je n'ai pas cherché à provoquer qui que ce soit, la France est un pays cosmopolite, les Miss viennent d'origines différentes, de cultures différentes, de régions différentes et c'est ce qui est beau dans cette compétition", a réagi April Benayoum auprès du quotidien La Provence.

Interrogée dimanche sur BFMTV, la nouvelle Miss France a elle jugé "extrêmement décevants" ces "propos déplacés" à l'encontre de sa dauphine à laquelle elle a apporté son "soutien".

TF1, Endemol et les organisateurs de cette 91e cérémonie ont eux aussi condamné "fermement les propos haineux et antisémites proférés" sur les réseaux sociaux.

Audience record



Parmi les plus anciens au monde, le premier concours de beauté français a été créé en 1920 par le journaliste Maurice de Waleffe. Ce n'est qu'en 1928 que le concours a été baptisé "Miss France". Tradition oblige, l'animateur vedette, Jean-Pierre Foucault, 73 ans, animait la cérémonie pour la 26e fois. Le jury 2021 était composé uniquement d'ex-Miss.

Avec 8,6 millions de téléspectateurs, TF1 a réalisé une part d'audience de 41,5% en moyenne sur l'émission, la meilleure audience pour ce programme depuis 2006, selon la chaîne. L'élection de Miss France 2020 avait réuni 7 millions de téléspectateurs.

Endemol, une société de production, a racheté le concours Miss France à la famille de Fontenay en 2002. Figure emblématique de ces concours de beauté, Geneviève de Fontenay, 88 ans, était absente samedi soir, estimant qu'il s'agissait d'un "faux centenaire". "C'est en 1927 qu'a eu lieu le premier concours Miss France à la demande à l'époque de Miss Univers", avait-elle expliqué à l'AFP.

Après l'élection, la dame au chapeau a néanmoins accordé un bon point aux organisateurs, estimant dans un communiqué que "les Miss étaient très élégantes dans leur maillot de bain avec la cape".

Centenaire ou pas, ce concours reste un anachronisme pour beaucoup de féministes. "100 ans de sexisme, ça suffit", a ainsi lancé Fabienne El-Khouri, l'une des porte-parole de l'association Osez le féminisme qui voit dans cette élection "un concours réduisant les femmes à un rôle de "potiche".

Par Fanny ANDRE

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.