×
Publicités
Publié le
6 avr. 2018
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mitos veut séduire la France avec ses maillots brodés

Publié le
6 avr. 2018

Lancée en 2014 par Ioanna Tserepa et Audrey Zucker, la marque Mitos entend remettre au goût du jour la broderie sur les maillots de bain. Gréco-française, comme ses créatrices, la griffe haut de gamme mise sur un parti pris stylistique osé et surprenant pour se démarquer de ses concurrents et s’imposer en France.
 

Mitos veut séduire le marché français du bain avec ses maillots brodés - Mitos


« A cause des matières utilisées d’ordinaire comme le lycra, le maillot de bain est une pièce froide, qui n’est pas forcément flatteuse. Avec Ionna, nous vivons toutes les deux en Grèce où nous passons beaucoup de temps en maillot et où la broderie au point de croix est très répandue », explique Audrey Zucker. C’est donc naturellement que Mitos, qui signifie fil en grec ancien, a germé dans leur esprit, avec pour concept le développement de maillots d'une et deux pièces brodées selon la tradition grecque.
 
Pour réussir à apposer ces ornements, les deux entrepreneures ont trouvé une technique imparable. Chaque maillot de bain est fait sur une base en lycra sur laquelle est cousue du tulle qui supporte les broderies. Résultat : chaque maillot nécessite près de quatre heures de travail et 450 000 points de croix. Ioanna Tserepa et Audrey Zucker ont passé un an à chercher les usines qui accepteraient de produire ces maillots si particuliers, vendus en moyenne 250 euros. Grâce à une usine bulgare en charge des broderies et une entité grecque qui s’occupe de l’assemblage, elles produisent chaque année près de 2 000 pièces pour leur collection printemps-été et 800 pour leur toute nouvelle ligne resort. Depuis trois ans, elles proposent aussi une ligne de beachwear composée d'une quinzaine de modèles, des robes vaporeuses et des pantalons loose.

La marque revendique 115 points de vente (dont 45 en Grèce) pour le printemps-été 2018, répartis dans douze pays différents. Grâce à un e-shop lancé en 2016, qui réalise plus de 10 % du chiffre d’affaires, Ioanna Tserepa et Audrey Zucker livrent dans le monde entier.

Persuadées que leur produit a toutes les chances de s’épanouir dans l'Hexagone, elles espèrent que les origines françaises d'Audrey et leur compréhension du marché leur permettront de s’y installer de manière plus importante. Pour l’instant, la griffe est distribuée dans six boutiques multimarques, comme By Marie à Saint-Tropez ou Calarena en Corse.
 
Pour se faire connaître sur le marché tricolore, Mitos mise sur sa présence lors de salons parisiens comme Splash, qui se tiendra du 23 au 25 juin prochains aux pieds du pont Alexandre III. Mais aussi sur son tout nouveau bureau de presse français, Dresscode, ainsi que sur le relais des influenceuses. Une stratégie qui fonctionne puisque par le passé, la marque a su retenir l’intérêt des blogueuses stars Chiara Ferragni et Gala Gonzalez. Mais aussi de Naomi Campbell qui aurait acheté un maillot Mitos lors d’une séance shopping sur l’île grecque de Patmos. Mitos, bientôt mythique ?

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com