×
Publié le
20 avr. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mode durable: 60% des Français se disent prêts à boycotter les marques non équitables

Publié le
20 avr. 2021

Dans leurs achats mode, les Français se soucient principalement de la condition des travailleurs du textile (58%) et de la provenance des produits (40%), des sujets de préoccupation qui devancent celui de l'environnement. C'est ce qu'indique une enquête de l'ONG Max Havelaar dévoilée à l'occasion de la Fashion Revolution Week, qui se tient du 19 au 25 avril via des webinaires en ligne.


Shutterstock


Menée par Opinionway sur un échantillon représentatif de 1.000 personnes, l'enquête montre que 31% des Français ont comme critères d'achat le respect des conditions de travail (santé, sécurité, droits sociaux), tandis que 34% s'inquiètent lors de l'achat du recours au travail des enfants.

Au final, un acheteur sur cinq entend que le travailleur à l'origine d'un produit ait accès à un revenu vital. Côté provenance, 40% des consommateurs se soucient de l'origine made in France, contre 21% pour le made in Europe. Quant à l'aspect environnemental, il s'illustre par 30% du panel réclamant le recours le moins possible à des produits chimiques, et 27% souhaitant une composition de matières premières durables.

L'étude rappelle par ailleurs la défiance persistante du consommateur vis-à-vis des marques de mode. Pas moins de 60% des Français seraient ainsi prêts à boycotter une marque qui ne produirait pas de vêtements équitables. Sont visées en particulier les grandes enseignes de mode (22%) et les marques de grande distribution (16%).

Mais les Français se disent également prêts à adapter leur façon de consommer. Ils sont 75% à être prêts à acheter moins souvent, et 67% à changer d'enseigne ou de site de vente en ligne. Ils sont en outre 55% à dire être prêts à payer plus pour consommer mieux, et 51% à se rendre dans un magasin spécialisé dans le responsable, même s'il est plus loin de leur domicile.

Appel à un "pacte mondial" pour la mode équitable



"Le Fashion Pact lancé par Emmanuel Macron avec de très grandes entreprises en 2019 au G7 ne contenait pas de volet social et n’associait pas les organisations de la société civile", déplore le directeur général de Max Havelaar France, Blaise Desbordes. "Le 20 janvier dernier, à l’occasion de la remise du rapport Relocalisation et mode durable, la ministre de la Transition écologique (Barbara Pompili, ndlr) a évoqué le fort impact environnemental du secteur de la mode et la nécessité d’un affichage environnemental, mais la dimension sociale a été totalement ignorée. Or il est insoutenable, en 2021, de dissocier les enjeux environnementaux et sociaux."

L'organisation lance aujourd'hui un appel à la mobilisation en faveur d'un "pacte mondial pour une mode équitable", feuille de route multipartite visant à assurer d'ici à 2030 un "revenu vital" à l'ensemble des travailleurs du textile et le respect de leurs droits fondamentaux, de même qu'une réduction des impacts environnementaux de la filière. Un projet, retenu en novembre 2020 lors du 3e Forum de Paris sur la Paix, qui s'adosse notamment à la certification textile équitable lancée par le mouvement Fairtrade/Max Havelaar en 2016.

En septembre 2020, une étude menée dans quatre pays (France, Italie, Allemagne et Royaume-Uni) montrait que, chez 5.000 consommateurs interrogés, la nature des matériaux arrive en tête des critères essentiels d'achat avec 41,8 % de répondants, contre 37,8% mentionnant des conditions responsables de production. Seuls 15,1% faisaient du respect des travailleurs et des conditions de travail une priorité (relire notre article).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com