Mode durable : Livia Firth décerne le label Green Carpet Challenge à la marque Osklen

L'éco-activiste Livia Firth a décerné à Osklen, la marque de mode branchée et durable dirigée par le créateur brésilien Oskar Metsavaht, le label Green Carpet Challenge pour son utilisation révolutionnaire de la peau de poisson Pirarucu dans ses collections de mode.


Livia Firth a décerné à la marque Osklen le label Green Carpet Challenge

Livia Firth, cofondatrice et directrice créative d'Eco Age, a également promis que la collection Green Carpet de John Galliano pour Maison Margiela serait présentée à Paris cet automne. Eco Age, Maison Margiela et LuisaViaRoma, le plus grand site d'e-commerce indépendant italien, ont annoncé conjointement le report du défilé de la collection verte de John Galliano, cinq jours seulement avant la date prévue, le 3 juillet à l'ambassade de Grande-Bretagne, pendant la semaine de la haute couture parisienne.
 
« Ne vous inquiétez pas, ce n'est qu'un report. La collection défilera certainement en septembre, lors de la prochaine saison de prêt-à-porter. John et Maison Margiela y parviendront », a déclaré Livia Firth à FashionNetwork.com lors d'une cérémonie en l'honneur d'Oskar Metsavaht et sa marque Osklen aux Jardins du Faubourg, un nouvel hôtel boutique à deux pas de l'ambassade.
 
Livia Firth, qui a lancé le mouvement Green Carpet, a remis le prix à Oskar Metsavaht lors d'un déjeuner en présence de l'acteur français Vincent Cassel, un ami proche, qui vit également à Rio. « Au Brésil, il n'y a pas de mec plus cool qu'Oskar », assure Vincent Cassel, qui parle couramment le portugais. Ce dernier, visiblement aminci, a récemment tourné une campagne publicitaire pour les lunettes de soleil Vuarnet sur le toit du Janeiro, le nouvel hôtel-boutique de Leblon, construit directement sur la plage d'Ipanema - et réaménagé par Oskar, comme tout le monde l'appelle au Brésil.

Depuis plus d'une décennie, Osklen fait figure de pionnière de la mode durable et crée des produits de mode à partir de matières innovantes et écologiques. Notamment des sneakers en peau de poisson Pirarucu d'Amazonie, recyclées à partir de déchets de l'industrie alimentaire. En remplaçant l'énergie diesel polluante par l'énergie solaire, les communautés forestières amazoniennes disposent d'une source d'énergie propre pour traiter les peaux de poisson, créer des emplois et entrer dans la chaîne d'approvisionnement mondiale de la mode en utilisant un matériau autrefois considéré comme un déchet, qui produisait même une pollution biologique.

« Peu de marques de mode ont fait autant pour l'environnement qu'Osklen », estime Livia Firth devant un auditoire branché de journalistes de mode. Oskar débarque directement du nord de l'Amazonie, le torse encore couvert de tatouages à l'encre végétale peints sur lui lors d'une cérémonie annuelle des peuples autochtones. La région souffre de plus en plus des politiques du nouveau gouvernement d'extrême droite de Jair Bolsonaro, qui donne son feu vert à l'exploitation forestière, agricole et minière, provoquant ainsi une accélération exponentielle de la déforestation.

« C'est pour cette raison que j'étais présent à cette cérémonie. L'Amazonie est le poumon du monde et doit être protégée », clame Oskar Metsavaht, dont la poitrine elle-même témoigne de son engagement en faveur de la cause.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterMode - AccessoiresMode - ChaussuresMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresLuxe - ChaussuresLuxe - DiversIndustrieCréationInnovations
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER