×
Publié le
16 juin 2004
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mode et aventure, combinaison gagnante !

Publié le
16 juin 2004

Patricia Lerat, comment avez-vous appris l’existence de ce rallye ? Par une amie qui y a participé il y a trois ans. J’ai tout de suite été séduite par son récit. En plus, j’ai toujours été très attirée par le désert. J’ai fait 3 rallyes, toujours avec la même équipe et nous avons progressé. Cette année, nous sommes arrivées 20ème. C’est mieux de se préparer physiquement mais nous avons juste suivi un stage de formation à Chaumont parce que nous n’avions pas le temps de faire plus. Quels partenaires devez-vous réunir pour participer au rallye? Nous faisons partie d’un système de communication avec un constructeur (Nissan), des médias (France 3, Paris c’est la mode et TV5) et un équipage sponsorisé par la marque Marithé et François Girbaud. Il faut monter un dossier. Si on trouve l’argent et qu’on a un bon sponsoring, on peut facilement trouver un constructeur. Ils ont aussi besoin de faire parler de leurs voitures et ce rallye est un bon vecteur de communication car il y a pas mal de retombées médiatiques. Quel est le budget requis pour participer au rallye ? Il y a d’abord les frais d’inscriptions à payer, le bateau pour aller au sud du Maroc, les frais d’essence, la nourriture, l’hôtel avant de commencer le rallye… La première année, j’ai mis 10 000 francs de ma poche mais par la suite, rien du tout. Vous êtes directrice commerciale de Première Classe, le salon sponsorise-t-il le rallye ? Non, Première Classe n’est pas associé parce qu’il vaut mieux que ce soit Marithé et François Girbaud, une marque qu’on trouve dans les boutiques. Première Classe a juste payé l’inscription la première année parce que j’avais gagné le double. Comment avez-vous fait ? J’avais repéré la Micra au Salon de l’Auto. Je l’ai trouvée très mignonne. Elle correspondait parfaitement à l’image de la jeune femme dynamique. Elle a la même fonction qu’un accessoire parce qu’elle est ludique. J’ai eu l’idée de l’associer au salon de mode pour lequel je travaille. J’ai vendu la présence de la Micra dans les salon Who’s Next et Première Classe. Deux Micras ont été habillées l’une par une marque de Who’s Next et l’autre par une marque de Première Classe. Le rapprochement de la Micra et de la mode a été un tel succès qu’ils ont eu le prix de stratégie en communication cette année là. J’ai gagné 50 000 euros : la moitié est revenu à Première Classe et l’autre a payé les frais d’inscription au rallye. Tout le monde était ravi. J’ai également eu l’idée de vendre aux enchères les Micras habillées au profit d’une association caritative. C’était une très belle opération dans la mesure où je ne faisais pas les choses uniquement pour moi. J’aime l’événementiel surtout quand il y a des résultats concrets. J’ai eu la chance de pouvoir, de façon intelligente, réunir mon travail et ce rallye. Quel est l’impact de cette participation au rallye pour une marque comme Girbaud? Le rallye est retransmis au Maroc de façon quotidienne et la marque Marithé et François Girbaud a deux boutiques à Casablanca. La retombée de presse en France et à l’étranger est très importante. Si votre voiture a de bons résultats ou se retourne, il y aura de la communication ! Pour le lancement d’un produit féminin, le rallye peut être une très bonne occasion de le faire connaître. Il peut devenir un fabuleux outil de communication si on travaille vraiment le projet. Pas un dixième des possibilités de ce rallye n’est exploité ! Dior a distribué des produits à toutes les filles, Girbaud a fait des cadeaux et a communiqué sur le locked-iln syndrome dont on représentait l’Association. Les gens étaient vraiment intéressés et attentifs. Touts ces petits événements additionnés produisent de la communication. Toutes les voitures soutiennent-elles une association ? Surtout les voitures du Relais des médias : dans le rallye, il y a une vingtaine de voitures qui sont associées à un média. Nous avons choisi d’y participer même si ça coûte plus cher à l’inscription parce qu’on représente aussi l’Association du locked-iln syndrome (ALIS) et qu’il y a une cagnotte de 15 000 euros à gagner pour la première du Relais des médias. Nissan a aussi offert un voyage au Japon à la première Nissan. Vous n’êtes pas trop déçue de ne rien avoir gagné ? Non, je savais pertinemment que je n’étais pas dans la course pour me battre matin et soir afin de gagner. J’y étais pour l’aventure, le plaisir, le partage et l’entraide. Qu’est-ce qui vous séduit le plus dans ce rallye ? Le mélange de femmes de tous les univers et de tous les milieux : des femmes aux foyers, des femmes actives, des parisiennes, des provinciales, des mannequins, des journalistes, des sportives et il y a même des postières. La poste avait sponsorisé trois Kangoos. Ils avaient fait un concours interne à toute la France et des femmes de la Poste venu du fin fond d’un petit village ont gagné et ont fait le rallye. Je trouve que c’est une très bonne idée et que les sociétés devraient faire des concours pour se servir de cet événement comme outil de communication interne. www.rallyeaichadesgazelles.com Propos recueillis par Anne-Sophie Dutat et Benoîte Taffin.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com