×
Publicités
Par
AFP
Publié le
24 juin 2008
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mode masculine printemps-été 2009 : coup d'envoi des défilés jeudi 26 juin

Par
AFP
Publié le
24 juin 2008

PARIS, 24 juin 2008 (AFP) - Grands noms et créateurs inconnus du grand public vont confronter leur vision de la mode masculine en présentant leurs collections pour le printemps-été 2009, à partir de jeudi 26 juin à Paris.


Rosemary Rodriguez

Comme la saison précédente, quarante-quatre défilés se succéderont durant quatre jours sur les podiums. Plus d'une vingtaine de collections seront par ailleurs visibles sur rendez-vous.

Seuls deux nouveaux noms figurent à l'affiche : Kilgour et Julius, qui défilent tous deux le premier jour.

Véritable institution de Savile Row, artère londonnienne célèbre pour sa concentration de tailleurs pour homme ultra-chics, Kilgour présente pour la première fois à Paris le travail de son styliste Carlo Brandelli.

Depuis 2003, ce créateur d'origine italienne s'emploie à revisiter les codes de ce temple de l'élégance british qui a séduit depuis sa création à la fin du XIXe siècle des hommes comme Carry Grant, Fred Astaire ou, plus récemment, les comédiens Jude Law et Daniel Craig.

Le styliste ne s'est pas formé dans une école de mode mais au contact d'artisans et de tailleurs en Italie et en Angleterre, et a remporté plusieurs prix de mode en Grande-Bretagne.

L'autre nouveau venu, Julius, "n'est pas seulement une marque de vêtement" mais "surtout un concept et une créativité hors normes", selon un porte-parole de la griffe. Derrière ce nom se cache un styliste japonais, Tatsuko Horikawa, venu "de l'art, de la photo et de la sculpture". Il a fait ses débuts dans la mode en 2005 à Tokyo où il avait présenté une collection dans une galerie d'art.

Le styliste inscrit ses collections dans un univers très sombre, décliné en noir, couleur qui pour lui "symbolise l'avant-garde et a une signification très spirituelle et noble".

Cette saison permettra aussi de découvrir la première collection de la nouvelle directrice artistique de la maison Mugler, Rosemary Rodriguez.

Nommée en février en remplacement du créateur américain Thomas Engelhart, cette styliste française avait déjà travaillé chez Mugler au milieu des années 90, comme directrice du studio de création de la ligne femme pendant environ sept ans.

Premier défilé aussi pour Riccardo Tisci chez Givenchy. Le styliste, qui crée déjà les collections de haute couture et de prêt-à-porter féminin de la griffe, est aussi chargé désormais des collections masculines. Elles étaient jusqu'à présent dessinées par le studio maison.

C'est la dernière fois en revanche que Sonia Rykiel présentera une collection masculine. La marque a en effet décidé de mettre un terme à Rykiel Homme qui perd de l'argent depuis sa création il y a 18 ans pour se concentrer sur ses lignes femme. La dernière collection homme, dessinée par le studio interne, fera l'objet d'une présentation à la presse et aux acheteurs et non d'un défilé.

La plupart des grands noms s'égrènent tout au long des quatre jours: Louis Vuitton, Jean Paul Gaultier et Yohji Yamamoto jeudi, Kenzo, Givenchy et John Galliano vendredi, Smalto, Emanuel Ungaro et Hermès samedi, Lanvin et Dior Homme dimanche.

Comme la saison précédente, la maison Yves Saint Laurent a préféré présenter la collection de son styliste Stefano Pilati sur rendez-vous et en vidéo.

Les défilés se dérouleront à Paris, sauf celui de John Galliano qui se tiendra à La Plaine Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.