×
Publicités
Par
AFP
Publié le
28 sept. 2015
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mode : quand l'élégance milanaise est teintée de poésie

Par
AFP
Publié le
28 sept. 2015

Au dernier jour des défilés milanais de prêt-à-porter féminin, les créateurs ont présenté des garde-robes délicates et poétiques : raffinée chez Giorgio Armani, onirique chez Vivetta, faussement innocente chez Arthur Arbesser.


Armani - Spring-Summer2016 - Womenswear - Milan - © PixelFormula


Pour l'été prochain, Giorgio Armani propose un vestiaire tout en délicatesse sensuelle, réinterprétant le chic milanais. Tout est fluide et iridescent dans des dégradés de rose assortis à un gris plus classique. Le rouge, par petites touches, sert de fil conducteur à la collection, comme ce jupon en tulle cerise dépassant d'une robe-bustier noire recouverte de cristaux.

L'élégance selon Armani ? C'est se permettre dans un même look sandales plates et grands chapeaux capeline en organza. Et s'autoriser des transparences insolites dans des tailleurs pantalons voilés, des jupes cloche froncées à la taille, des shorts de ville. Des petits boléros et cabans sont tressés dans des rubans. Des tuniques en tissu technique impalpables se superposent aux pantalons, des colliers à longues lanières de cuir fluctuantes revisitent le traditionnel poncho.


Armani - Spring-Summer2016 - Womenswear - Milan - © PixelFormula


Une jolie manière pour le couturier de célébrer les 40 ans de sa maison et la publication de sa biographie, qui a été présentée à un cercle restreint de journalistes juste après le défilé.

L'élégance est plus poétique et un brin surréaliste chez Vivetta Ponti. La styliste s'est fait connaître du public la saison dernière grâce à Giorgio Armani, qui lui a donné la possibilité d'organiser son tout premier défilé dans son théâtre. Elle n'en est pourtant pas à ses débuts, puisqu'elle a fondé en 2008 sa marque « Vivetta », déjà distribuée dans plusieurs boutiques entre Asie, Moyen-Orient et Europe.

Mare à canards et museau de chat

Ce deuxième défilé confirme la veine onirique presque naïve de la styliste. Protégées par de grandes lunettes papillon, huchées sur des sandales à plateau en tissu brodé, les modèles portent d'élégants ensembles en popeline à carreaux Vichy, des robes trapèze en crêpe de Chine ou encore de longues tenues de soirée en organza, chacun décoré de broderies et détails amusants puisant dans le monde de l'enfance.

Des robes d'un vert intense sont parsemées de petites fleurs des champs. On y distingue même une mare à canards ! Au-dessus de la taille, du bleu ciel où voyagent quelques nuages distraits. Une rangée de tulipes pousse dans le bas d'une robe ou sur une poitrine. Les fenêtres d'un palais néoclassique dessiné sur un chemisier blanc s'ouvrent à même la peau.

Les guirlandes de fleurs sont partout. On les retrouve serrant une cuisse façon guêpière, en haut d'un bras ou encore brodées sur un corsage, où pointe le museau d'un timide chat rose. Les animaux sont abondamment cités, à l'instar de ces deux cygnes qui s'enlacent formant un coeur de leurs deux cous sinueux, dans le haut d'une robe.

Fleurs et gentils chats sont aussi au rendez-vous chez Arthur Arbesser. Les motifs fleuris sont tricotés dans des gilets en coton clair ou peints sur de maxi-tuniques blanches virginales, tandis que les oreilles et la langue rose de félins albinos sont à peine esquissées sur des tailleurs pantalons blancs. Mais ici, point d'univers enfantin ! Les jeunes filles chastes imaginées par le créateur viennois, qui s'est inspiré des modèles du peintre Balthus, ont un côté bien plus provocant.

Les salopettes se portent à même le corps, tout comme les tailleurs pantalons, avec des chaussettes à résille blanche courtes sur des tennis ou des escarpins à talons. Tuniques ou polos en nylon blanc transparent accentuent cette innocence ambiguë. Une collection applaudie, pour le tout premier défilé milanais de ce styliste autrichien de 32 ans qui a lancé sa marque en 2013, après sept ans passés dans les différents bureaux de style de la maison Armani.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.