×
6 664
Fashion Jobs
Publié le
16 déc. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Monogram et The Bradery mêlent les concepts de vintage et ventes privées

Publié le
16 déc. 2021

Ce sont deux tendances fortes du secteur de la mode qui se rencontrent. Ce 17 décembre Monogram, spécialiste du vintage de luxe, et The Bradery, qui en quelques mois a gagné ses galons avec un ton premium sur le marché très compétitif de la vente privée, proposent une opération commune.


The Bradery et Monogram veulent proposer des idées de cadeaux de Noël - Monogram



Les deux sociétés françaises unissent leurs savoir-faire pour proposer une vente évènementielle pendant ce vendredi et ce week-end.

"Nous avons plusieurs points communs, analyse Cécile Maudy, qui a vécu les premières années de Vente-Privée et a rejoint Monogram début 2021 en tant que directrice générale. Nous proposons tous les deux une alternative pour la vie des produits. Monogram dispose d'un showroom et d'un site actif depuis 10 ans, avec un positionnement relativement accessible sur le marché du vintage. Surtout, tout comme The Bradery, nous sommes digital natives dans la manière d'animer notre communauté. Nous avons 200.000 followers sur Instagram et c'est là que nous réalisons le marketing de l'offre. Comme pour The Bradery, les réseaux sociaux sont essentiels. Pour nos sociétés cette opération est une opportunité de proposer une nouveauté pour Noël".

C'est aussi pour chaque société une chance, en s'appuyant sur l'approche communautaire, de toucher de potentiels nouveaux clients. Les deux entreprises ont ainsi validé cette initiative qui doit leur faire gagner en visibilité. La vente va ainsi proposer une centaine de produits avec des sacs, des chaussures, de bijoux et du prêt-à-porter de marque premium et luxe.

"Pour nous c’est une forme d’acquisition, détaille la directrice générale de Monogram. Bien sûr, le panier moyen du client de The Bradery est moins élevé que chez nous, mais ce sont des Millennials clients, des marques de luxe accessible et potentiellement de luxe. Nous avons réalisé une curation de l'offre pour proposer des produits de Gucci, Chanel et autres avec un prix moyen de 550 euros. Nous n'allons pas proposer des sacs à plus de 3.000 euros dans cette sélection".

SI la vente de cette mi-décembre est évidemment un test, les entreprises ne s'interdisent pas de renouveler l'expérience autour d'évènements ou de thématiques.

"La seconde main est un marché en plein essor. Certaines études estiment que son volume d'affaires sera plus important prochainement que celui de la vente de produits neufs. Personne ne peut ignorer ce marché, estime la dirigeante. Ce qui est important c’est de s’adapter aux nouveaux modes de consommation. Avec le Covid, les gens ont compris que leur placard a une valeur. Tous les canaux doivent se mettre à la page de ces tendances".

La société, qui revendique quelque 10 millions d'euros de chiffre d'affaires et qui achète 15% à 20% des produits qu'elle revend (le reste étant du dépôt-vente certifié par ses équipes), a ainsi il y a quelques mois ouvert un espace aux Galeries Lafayette Haussmann et explique négocier avec d'autres acteurs de la mode.

L'équipe de The Bradery, avec son ton et sa souplesse avait elle réussi à donné un nouvel attrait à la vente évènementielle. Le site explore ainsi un nouvel horizon à fort potentiel en s'engageant, bien accompagné, sur le chemin de la seconde main.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com