×
Publicités
Publié le
9 mai 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Monogram veut vivre son rêve américain

Publié le
9 mai 2022

L’aventure américaine de Beverly Sonego, la fondatrice du site spécialiste de la seconde main de luxe Monogram Paris (anciennement ByLuxe) commence. À partir de ce 10 mai, et jusqu’au 15 mai, l’entrepreneuse tiendra son premier pop-up à New York, dans le West Village, au 450 W 14th street, avant une escale à Los Angeles du 25 au 31 mai, dans le quartier de West Hollywood.


Beverly Sonego, la fondatrice de Monogram - DR


"Cela fait quinze ans que je travaille sur le marché de la seconde main, explique Beverly Sonego. Aujourd’hui, la nouvelle étape est à l’internationalisation de notre concept. De nombreux marchés nous intéressent tels que Dubaï, le Maroc, Singapour, Hong Kong, et bien sûr les Etats-Unis. Ici, les prix de nos concurrents sur le marché de la seconde main – TheRealReal, What goes around comes around – sont prohibitifs et offrent une place à une enseigne plus accessible comme la nôtre."
 
Présente pour tester le marché, "séduire à la fois les clientes françaises qui vivent à New York ou L.A, mais aussi pour sourcer de nouveaux produits", l’équipe de Monogram s’est associée avec Elsa Assouline et son entreprise Eclipse Sample Sale, une référence des ventes privées physiques et en ligne de marques de prêt-à-porter à New York notamment, et fait appel à Arielle Charnas, une influenceuse mode, qui proposera aux clientes la sélection de produits importés Monogram, notamment à travers des 'live sessions'. 


Le sac Speedy signé Louis Vuitton vendu sur la plateforme de seconde main Monogram - DR

 
Présenté depuis quelques jours sous un nouveau nom, un nouveau logo et une nouvelle charte graphique, Monogram remplace donc ByLuxe, "un nom différent mais une même philosophie", explique l’entrepreneuse, "centrée sur une sélection affûtée, un sens du style edgy, un nom qui emprunte un symbole de la mode, parfait pour l’international".
 
L’entreprise, qui regroupe 30 salariés, a enregistré une forte croissance ces trois dernières années et a vu son chiffre d’affaires augmenter de 40% en une année pour atteindre les 6,5 millions d’euros. "L’épisode du Covid, où les clients et clientes ont largement vidé leurs placards, a évidemment propulsé nos ventes et notre notoriété, conclut Beverly Sonego. Nous espérons atteindre les 12 millions d’euros en 2023 et nous réfléchissons à ouvrir un premier concept-store à Paris dans les prochains mois."
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com