×
Publicités
Publié le
14 janv. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Moschino habille son homme à grands coups de pinceaux pour l’hiver prochain

Publié le
14 janv. 2021

A la surprise générale, Moschino déboule sur la Toile avec sa nouvelle collection homme, à la veille de la Fashion Week officielle de Milan. Lors de la précédente semaine masculine de juillet, la marque phare du groupe italien Aeffe n’avait pu présenter qu’une pré-collection en raison des difficultés engendrées par le confinement, qui avait paralysé l’industrie au printemps. Elle revient cette saison avec une collection jouissive, où le talentueux Jeremy Scott s’amuse avec des effets trompe-l’œil et de gouache, le tout pimenté par une atmosphère hollywoodienne rétro.


Trois des modèles "peints" par Jeremy Scott - Moschino

 
Avec son habituel humour, le directeur créatif de Moschino reprend l’un de ses thèmes favoris, à savoir l’art avec un grand A… et l’art de le détourner. Après avoir pastiché Picasso avec la garde-robe féminine de l’été 2020, ou dessiné une entière collection à plat en trompe-l’œil lors de l’été 2017 toujours pour la femme, pour l’hiver 2016-17, il avait peinturluré ses modèles masculins de la tête aux pieds, y compris lunettes et cheveux, tout en rendant hommage aux artistes Gilbert & George. Il s’attaque cette fois au Post-impressionnisme.
 
Reprenant l’esthétique de Cézanne ou Gauguin, aux lignes indéfinies et aux couleurs intenses, il façonne costumes, manteaux et trenchs à grands coups de pinceaux vifs et épais, comme s’il peignait directement sur le vêtement tel que sur une toile blanche, jouant sur les contrastes et les effets de clair-obscur. La collection est ainsi composée de 28 total looks, peints ton sur ton, des bottes militaires à lacets aux pantalons, en passant par les chemises, les pull-overs, les sweaters, l’écharpe, la cravate ou le nœud-papillon du smoking, et jusqu’aux chapeaux.

Le style s’inspire des acteurs hollywoodiens des années 1940, avec le Borsalino de rigueur à la Humphrey Bogart, et d'autres chapeaux de feutre vintage façon Dana Andrews ou Edward G. Robinson, tandis que les fines cravates en soie semblent vernies.

Dans la vidéo de près d'une minute diffusée jeudi sur le site et les réseaux sociaux de Moschino, les mannequins se meuvent dans un décor en carton-pâte, qui rappelle les vieux films en noir et blanc. Ils s’entrecroisent avec une allure de mauvais garçons dans une ruelle sombre à la tombée de la nuit. Complètent le vestiaire les tenues sportives (survêtements, bombers, perfectos, doudounes et autres parkas) toujours esquissées à l’aquarelle, tout comme les accessoires qui vont avec, du sac-à-dos à la casquette.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com