×
7 579
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

MRZ, examen réussi pour la collection ultra chic de Simona Marziali

Publié le
today 19 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Simona Marziali n’est pas une débutante. Pourtant, elle peine à cacher son émotion lorsque prend fin son premier défilé milanais. Ses silhouettes longilignes de joueuses de tennis chic-minimalistes, faisant la part belle à la mailles -sa spécialité-, ont conquis d’emblée le public, qui l’a chaudement applaudie mercredi.
 

Simona Marziali MRZ, printemps/été 2020 - ph Dominique Muret


Sa collection pour le printemps/été 2020 se décline surtout en blanc et noir, via des rayures, des contrastes entre les tissus ou encore à travers le tissage de fils noirs et blancs. Les mannequins portent toutes un bandeau enserrant leurs longs cheveux et se déplacent avec élégance dans d’interminables pantalons évasés tricotés ou d’amples robes-tricot.
 
La designer joue avec inventivité sur les superpositions. La brassières noire avec ses longs rubans virevoltants s’enfile sur une robe blanche et vice-versa. Des tricots bordés de rayures s’ouvrent latéralement laissant pendre leurs manches sur une grande chemise blanche ou s’enserrent à la taille comme un pagne. Un chandail jacquard est privée de manches, juste posé sur les épaules, totalement ouvert sur les côtés. Des t-shirts se prolongent en longues franges de différentes tailles.

Simona Marziali excelle aussi dans la réalisation de superbes robes ajourées créant comme des motifs en dentelle. Un autre modèle à mailles larges fait penser à un filet qui cache et laisse voir le corps. Des tops sont tissés comme des tapis. « La collection s’inspire de la culture berbère à la suite d’un voyage au Maroc, qui m’a fascinée », nous explique-t-elle en coulisse. Ce qu'elle préfère dans le processus de fabrication, « c'est le moment où la machine livre le résultat de mon travail créatif. La maille n’est pas comme le tissu, c’est une matière en devenir », souligne-t-elle.
 
A 41 ans, cela fait déjà 20 ans que la créatrice italienne originaire de Fermo, dans la région des Marches, travaille dans la mode, sa passion depuis toujours. Diplômée auprès de l’Accadémia di Alta Moda e del Costume Koefia à Rome, elle se spécialise dans la maille avec un master à Florence avant de se jeter dans le bain. Elle oeuvre notamment pendant 11 ans pour Iceberg, collaborant aussi pour Diesel et Max Mara, tout en travaillant pour l’entreprise familiale Tomas avec ses parents, façonniers dans la maille.
 
En 2012, grâce au support de sa famille, qui assure sa production, elle lance sa propre marque de prêt-à-porter féminin s’adressant à « une femme indépendante et dynamique avec une vocation pour tout ce qui est contemporain et immédiat », dans un style urbain fusionnant la couture à un sportswear raffiné.
 
Très vite, elle se fait remarquer par le milieu, remportant en 2018 le concours pour jeunes créateurs Who Is On Next promu par Vogue Italie et Altaroma. Depuis 2016, elle est distribuée par Tomorrow ltd, dénombrant 180 clients multimarques entre l’Asie et la Russie, tandis qu’à Paris elle est vendue au Bon Marché.