×

Mulberry mettrait fin à son prêt-à-porter

Publié le
9 juil. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le mois dernier, Mulberry annonçait son intention de supprimer un quart de ses emplois dans le monde. La marque britannique, historiquement spécialisée dans les sacs à mains de luxe, n’a pas perdu de temps. Elle s’apprête à fermer ses bureaux de Paris et de Hong Kong. Par ailleurs, selon nos informations, elle mettrait fin, à compter de la saison printemps-été 2021, à ses collections de chaussures et de prêt-à-porter, qui étaient réalisées sous licence par Onward Luxury Group. 


Une création signée Johnny Coca pour l'hiver 2020-21 - Mulberry.com



La marque veut se recentrer sur Londres et sur la maroquinerie, son cœur de métier. Elle va continuer aussi avec son offre de bijoux et garderait sa ligne de lunettes produite en licence, a appris FashionNetwork.com. De fait, les sacs et la petite maroquinerie représentent près de 70 % de ses ventes totales.

La conjoncture économique et le Brexit ont pénalisé la griffe qui, confrontée à la pandémie du coronavirus, s’est trouvée en sérieuse difficulté. Le 11 juin, Mulberry a publié un avertissement sur résultats et annoncé qu’elle allait devoir adapter sa "gestion des opérations et ses coûts d’exploitation afin d’ajuster sa taille et sa structure en fonction des conditions actuelles du marché". 

En réalité, le sort de sa collection de prêt-à-porter semblait déjà arrêté en mars dernier, lorsqu’avait été annoncé le départ du directeur de la création Johnny Coca. Sa dernière collection pour l'automne-hiver 2020/21 est en cours de comercialisation. Ce dernier avait rejoint la maison en juillet 2015 pour accompagner le repositionnement de la marque dans le segment du luxe accessible de qualité et sur l’international. 
 
Selon le magazine Drapers, Mulberry serait aussi sur le point de fermer l’un de ses deux sites de production anglais situés dans la région de Somerset, où est réalisé près de la moitié des sacs et de la petite maroquinerie. C’est l’usine “The Rookery”, située à Chilcompton, où la maison a été fondée en 1971, non loin de Bath, qui devrait mettre la clé sous la porte.
 
Seule une cinquantaine de personnes sur les 180 employés du site seraient gardées et redéployées dans l’autre manufacture, “The Willow”, située à Bridgewater, ville industrielle du comté de Somerset, toujours selon Drapers.
 
La stratégie tracée il y a quelques années par le directeur général Thierry Andretta consistait à élargir l’offre en transformant Mulberry en une marque lifestyle, afin de développer son univers et générer du trafic. Crise et Covid-19 ont eu raison de ses ambitions.
 
Son chiffre d'affaires semestriel clos en novembre dernier s’élevait à 68,9 millions de livres (80,4 millions d'euros), restant stable par rapport à la même période un an plus tôt, tandis que le bénéfice brut diminuait légèrement passant de 42 à 41 millions de livres (47,8 millions d'euros), avec une perte avant impôts de 9,9 millions de livres (11,6 millions d'euros).
 
En février, l'investisseur britannique Mike Ashley a acheté une participation de 12,5 % au capital de Mulberry via sa chaîne de grands magasins House of Fraser, qui distribue la marque depuis de nombreuses années.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com