×
Publicités
Par
AFP-Relaxnews
Publié le
24 nov. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mulberry parie sur un cuir à très faible empreinte carbone

Par
AFP-Relaxnews
Publié le
24 nov. 2021

Alors que les alternatives durables au cuir se multiplient, la maison britannique Mulberry fait le choix de l'écoresponsabilité sans pour autant renoncer aux qualités naturelles du cuir. S'appuyant sur l'expertise de l'entreprise familiale Muirhead, la marque de luxe présente une collection de maroquinerie conçue à partir "du cuir à la plus faible empreinte carbone au monde". Un pari qui pourrait contribuer à redorer le blason d'une matière de plus en plus contestée dans l'industrie de la mode.


DR


Cuir ou pas cuir, telle est la question. Alors que certains lui reprochent d'encourager la maltraitance animale, d'autres en veulent à son impact sur la planète, dont l'élevage et le tannage sont les principaux responsables. Il s'agit d'un sujet sensible dont les marques se préoccupent de plus en plus, pesant les pour et les contre. Car si la production de cuir peut se révéler néfaste pour la planète, sa résistance et sa longévité en font une matière durable par essence, d'autant plus que l'industrie a aujourd'hui pris le problème à bras-le-corps pour en réduire l'empreinte carbone.

Un cuir durable, c'est possible?

C'est le cas de Mulberry qui présente aujourd'hui une collection de sacs à main créés à partir "du cuir à la plus faible empreinte carbone au monde". Rien que ça. Pour y parvenir, la maison de luxe britannique a choisi de produire cette collection en partenariat avec Muirhead, entreprise familiale réputée pour son cuir écoresponsable de grande qualité, et de la faire fabriquer par des artisans dans ses usines neutres en carbone implantées dans le Somerset, en Angleterre.

Cette collection capsule repose sur des peaux brutes provenant uniquement du Royaume-Uni et d'Irlande, tannées et traitées dans le site de production de Muirhead situé en Ecosse, avant que les sacs ne soient donc fabriqués dans le Somerset.

Un processus "hyper-local" et "hyper-transparent", selon la maison de luxe, qui aboutirait à un cuir ayant une très faible empreinte carbone, soit 1,1 kg de CO2 par peau. Le recours à une centrale thermique qui produit de la chaleur à partir de déchets, ainsi que la filtration et le recyclage de 40% d'eaux usées pour produire le cuir, seraient à l'origine de cette faible empreinte.

"Nous sommes ravis de former un partenariat stratégique avec la marque britannique Mulberry, afin de soutenir ses objectifs commerciaux durables et responsables. Muirhead a développé le cuir souple et doux le plus faible en carbone pour l'industrie de la mode afin de réduire l'intensité carbone même dans le segment du haut luxe", explique Nicholas Muirhead.

Le boom des matières véganes



En France, la filière du cuir se penche depuis des mois sur les problématiques environnementales et de développement durable liées à la production d'une matière qui tend à se faire voler la vedette par de nouveaux matériaux tout droit issus de nos assiettes. Champignon, ananas, pomme, raisin, canne à sucre, ou encore cactus, font désormais partie de la garde-robe des consommateurs en quête de matières durables et véganes. Nombreuses sont les marques, dont des géants de la mode comme adidas, qui planchent sur des collections à base de ces fruits et légumes, des matériaux présentés comme plus respectueux de l'environnement.

Mais il n'est pas question de parler d'alternatives au cuir, a rappelé en mars dernier le Conseil national du cuir (CNC): "Aujourd'hui, de nombreuses matières émergentes se font appeler, à tort, 'cuir', parce que visuellement similaires, et bénéficient ainsi de l'image qualitative de ce dernier. Le terme 'cuir' fait référence à une matière porteuse de propriétés et de qualités spécifiques et doit donc être réservé à la seule appellation de la matière cuir issue de la transformation par le tannage de la peau d'un animal."

Dans cette communication, l'organisme se réjouissait des résultats d'une étude menée par l'institut Filk, comparant les propriétés physiques de dix matières - le cuir et neuf matériaux considérés comme des alternatives (champignon, pomme, etc.) - et aboutissant à la "supériorité" du cuir. Reste à savoir si les efforts engagés par la filière pourront redorer une image fragilisée depuis plusieurs mois.

(ETX Daily Up)
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2021 AFP-Relaxnews.