×
7 115
Fashion Jobs

My Sunday Morning dessine une ligne pour Darjeeling

Auteur :
Publié le
today 7 janv. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Après les Galeries Lafayette et Burton of London, Virignie Guarisco change d’univers avec Darjeeling et passe à la lingerie. A l’occasion de la collection printemps-été 2019, elle a, par le biais de sa marque My Sunday Morning, travaillé main dans la main avec l’entreprise de dessous autour d’une ligne balnéaire.
 

Le fruit de la collaboration entre Virginie Guarisco et Darjeeling - Darjeeling


En tout, treize pièces entre 30 et 90 euros. Des shorts légers, des kimonos imprimés et des jupes longues, en plus de deux modèles de maillots de bain qui pourraient aussi se porter en guise de sous-vêtements. Cette collection, shootée à Los Angeles en même temps que celle de My Sunday Morning, sera disponible au moins d’avril dans toutes les boutiques Darjeeling.
 
La griffe parisienne, fondée en 2015 par Virginie Guarisco après l’aventure entrepreneuriale Virginie Castaway, a pour ADN l’univers cocooning, les voyages en Australie ou à Bali de la créatrice et des accents bohèmes. Autant de caractéristiques qui ont séduit la centaine de points de vente de la marque, répartis entre la France, l’Espagne, le Portugal et les pays du Benelux. La créatrice a aussi ouvert son e-shop en 2017, qui totalise déjà 10 % des ventes de la griffe.

« J’ai lancé le compte Instagram de My Sunday Morning aux débuts de la marque. Aujourd’hui, c’est une véritable vitrine pour notre site Internet. C’est aussi via ce réseau social que j’annonce les pop-up stores que j’organise plusieurs fois par an. Le dernier a eu lieu avant les fêtes de Noël dans le Marais à Paris, au 130, rue de Turenne, dans un espace que nous avons déjà utilisé auparavant », explique Virginie Guarisco.


La collection printemps-été 2019 de My Sunday Morning - My Sunday Morning

 
Un magasin permanent n’est en revanche pas du tout envisagé pour le moment. « J’aime bien cette dimension de société, je veux pouvoir me concentrer sur la création et le management de l’entreprise. Le retail demande beaucoup de temps et de présence, je l’ai fait avec Virginie Guarisco, mais je n’ai plus de temps à consacrer à ça, c’est un autre métier. »
 
Les 90 références de blouses, robes, jupes longues ou sweat-shirts de la griffe sont produites en Bulgarie, au Portugal, en Chine, en Pérou ou en Inde, et les tissus sont déclinés en deux imprimés minimum, réalisés en Italie, dans l’entreprise familiale de son mari, Marco Guarisco. Pour rencontrer les magasins multimarques, My Sunday Morning dispose de deux showrooms, l’un pour le nord de la France, l’autre pour le Sud, ainsi que d’agents et de distributeurs à l’étranger. Chaque saison, la griffe est aussi présente au Who’s Next.
 
« Je n’impose jamais de minimum d’achat à mes distributeurs, mais je leur demande de respecter un merchandising cohérent. Nous avons cinq ou six imprimés par collection, il faut donc qu’ils achètent une sélection qui se tient pour que la marque soit immédiatement identifiée dans son merchandising. S’il y a un seul tee-shirt tout seul, ça n’a aucun intérêt pour My Sunday Morning, je préfère qu’ils sélectionnent deux ou trois imprimés pour respecter l’intégrité de la collection », conclut la créatrice.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com