×
6 269
Fashion Jobs
Publicités
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
16 sept. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Mytheresa transforme l’essai au quatrième trimestre et pour l’année entière

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
16 sept. 2021

Les performances de Mytheresa au dernier trimestre et pour l’année entière dépassent ses propres prévisions. Au Q4, "la croissance des ventes nettes est exceptionnelle" et l’année entière, elle, dépasse 2020 et 2019.


MyTheresa


Au dernier trimestre de son exercice, l’entreprise allemande réalise des ventes nettes en hausse de 36,1% à 162,4 millions d’euros. Il a été clôturé fin juin. Les ventes nettes annuelles, quant à elles, sont en augmentation de 36,2% d’une année sur l’autre avec 612,1 millions d’euros.

Et si l’on compare ces chiffres à ceux de 2019, avant la pandémie, la croissance des ventes nettes se situe à 60,5% pour le trimestre et à 61,5% pour l’année entière. L’entreprise a su tirer son épingle du jeu et a bénéficié de la montée en puissance de la vente en ligne dans le luxe.

La rentabilité s’améliore elle aussi, avec un EBITDA annuel ajusté de 54,9 millions d’euros contre 35,4 millions d’euros l’année précédente. La marge d’EBITDA ajusté, elle, grimpe à 9% contre 7,9% en 2020.

D’après la plateforme multimarques de luxe, sa croissance solide et durable est alimentée par "un changement fondamental dans le comportement d’achat des clients et un modèle d’activité très efficace, basé sur une segmentation précise dans le luxe et sur des partenariats étroits avec les marques".

Et il faut bien reconnaître que le quatrième trimestre semble confirmer ces dires: les ventes nettes progressent pour tous les territoires, mais ce sont les États-Unis qui remportent la palme avec + 133,3% d’une année sur l’autre en raison "d’un bond de la demande".

Au cours du dernier trimestre, plusieurs événements à fort impact ont été organisés par l’enseigne à Pékin et Paris. Elle a aussi signé des collections capsules exclusives et assuré le pré-lancement de collections pour Alexander McQueen, Loro Piana, Jacquemus, Missoni, Brunello Cucinelli, Roger Vivier, Valentino et Christian Louboutin, entre autres. Le site a aussi présenté son premier pop-up beauté en collaboration avec Estée Lauder Companies, à la tête des marques La Mer, Frédéric Malle et By Killian.

Et maintenant ? L’entreprise est (évidemment) optimiste pour l’exercice fiscal allant jusqu’en juin 2022. La valeur marchande totale devrait être comprise entre 750 et 770 millions d’euros, en hausse de 22 à 25%. Le nombre de clients actifs devrait augmenter dans les mêmes proportions, ce qui devrait permettre à l’entreprise de réaliser des ventes nettes situées entre 680 et 700 millions d’euros. Le bénéfice brut devrait être compris entre 345 et 355 millions d’euros, soit une hausse de 21 à 24 %, tandis que la marge d’EBITDA ajusté devrait se situer entre 7 et 9%.

Le PDG Michael Kliger commente: "Malgré une année d’incertitude perpétuelle et de changements inédits, nous enregistrons à nouveau une forte croissance du nombre de nouveaux clients et réalisons d’excellents résultats. Cela nous confirme la pertinence de notre offre, dont la valeur est unique et supérieure pour nos clients et nos marques partenaires dans le monde entier".

"Une sélection soigneuse de produits, contenus et services nous a permis de réaliser un chiffre d’affaires supérieur à nos attentes, avec une marge de bénéfice brut stable et, encore plus important, un niveau de satisfaction client extrêmement élevé. Le changement des habitudes d’achat qui a profité au digital a été largement accéléré par la pandémie. Nous pensons clairement que cette tendance va se confirmer une fois la pandémie terminée, et que nous reviendrons aux taux de croissance élevés que nous avions en 2019".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com