×
Publicités
Publié le
17 janv. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Naissance Publique, Talm et Atelier Aismée: trois nouveau-nés dans l'univers de la maternité

Publié le
17 janv. 2022

Plus libres et plus informées, les nouvelles futures mères veulent vivre leurs grossesses de façon éclairée. Tajinebanane, la marque de mode militante dédiée à l’allaitement, qui a récemment fait l’objet d’une collaboration avec Petit Bateau, fédère par exemple 172.000 personnes sur Instagram, alors que le podcast hebdomadaire Bliss Stories, consacré à la grossesse, oscille entre 500.000 et 600.000 écoutes par mois selon l'Alliance pour les chiffres de la presse et des médias (ACPM). Cet écosystème très favorable, boosté par un taux de natalité revenu à la hausse depuis l’été dernier, favorise la naissance de nouvelles marques de mode, de beauté et même de bijoux consacrées à la grossesse.


Visuel de la marque Naissance Publique - DR


Le prêt-à-porter de Naissance Publique



Lancée un peu avant l’été, Naissance Publique propose des vêtements de maternité. "La marque est née de la volonté de continuer de porter les vêtements qu'on aime, sans changer notre façon de nous habiller pendant la grossesse. Sans fronces, sans pinces, sans grosses ceintures élastiques. Comme un repère, quand le corps et l'esprit sont chamboulés", explique sa fondatrice Claire Godeau.

Ancienne spécialiste de la communication corporate, Claire Godeau, qui a officié comme directrice associée dans une grande agence parisienne, propose une mode sobre et fluide dans des monochromes tendres. La collection se décline en bodys dos nu (75 euros), jupes taille haute ou encore combinaisons larges.

Ces pièces, dont les tissus sont sourcés en Europe et qui sont fabriquées en France et au Portugal pour les mailles, sont distribuées exclusivement sur le site de Naissance Publique. "J'ai choisi de vendre en direct, sans les marges contraignantes imposées par les revendeurs. Cela me permet de baisser ma marge et de proposer des vêtements d'excellente qualité, dans des matières nobles et vraiment haut de gamme, à un prix moyen de gamme", détaille Claire Godeau.  


Visuels de la marque de soin TALM - DR


La cosmétique selon Talm



Vendre en direct, c’est aussi le choix opéré par Talm, une marque de cosmétiques dont l’acronyme signifie "To all the mamas", "Pour toutes les mamans" en français.

Lancée en juin 2021, cette marque écoresponsable de soins a la vocation d’accompagner les femmes avant, pendant et après la grossesse. Derrière ce concept se trouve Kenza Keller, ancienne directrice marketing de la marque de parfums de niche Byredo.

Talm se décline en une gamme de soins de trois produits pour le corps fabriqués en France, une huile (38 euros), un baume et un sérum qui s’utilisent de façon complémentaire. Versant packaging, la marque joue la carte de l’épure, loin des produits habituellement consacrés à la grossesse: les flacons sont en verre et les étuis sont fabriqués à partir de papiers issus de résidus de maïs.

Talm, qui propose également un service de massages post-partum, a récemment lancé en collaboration avec le podcast Bliss Stories un vanity à emmener à la maternité lors de l’accouchement, contenant un kit de produits spécial suites de couches (69,90 euros).


Le bola pour jumeau d'Atelier Aismée - DR


Les bijoux façon Atelier Aismée



C’est dans un autre univers que s’épanouit Atelier Aismée. Fondé en 2016 par le couple Florian Vaqué et Emilie Lepretre, qui officiaient précédemment dans une entreprise de papeterie comme directeur marketing et directrice artistique, le label installé à Chabeuil (Drôme) qui propose des bijoux, s'est d'abord appelé Petit Bola, avant d'être rebaptisé Atelier Aismée il y a quelques-mois. Un changement qui souligne une volonté de s'adresse à toute la famille, même si son bijou phare reste le bola.

Cette petite boule contenant un carillon se suspend à une longue chaîne pour se porter sur le ventre. Selon la tradition indonésienne, où le bola est porté à partir de la 19ème semaine de grossesse, le son émis par le carillon lorsque la maman bouge éloignerait les mauvais esprits. D’autres estiment que le son du pendentif calmerait le futur bébé dans le ventre.

Très en vogue auprès des futures mamans, ce bijou à la valeur hautement symbolique favoriserait donc le lien entre la mère et l’enfant à venir. En 2020, Atelier Aismée, qui propose ses bolas à environ 70 euros, aurait ainsi reçu 15.000 commandes en provenance du monde entier. Outre ses bolas, la marque élargit donc progressivement son offre et dévoile également une ligne de bracelets et médailles personnalisables.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com