×
Publicités
Publié le
7 sept. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Nat & Nin vise les marketplaces étrangères

Publié le
7 sept. 2021

"La reprise est encore un peu molle, surtout à Paris, qui n’a pas retrouvé ses niveaux de trafic. La situation est toutefois meilleure en province", explique Nathalie Wu, qui a fondé Nat & Nin en 2005 avec sa sœur Ninny Heide. Fidèle des salons de la porte de Versailles, la griffe de maroquinerie était donc présente sur la dernière édition du salon Who’s Next, qui s’est tenue du 3 au 6 septembre après près de deux ans d’absence. Un évènement presque incontournable pour la marque, discrète sur les chiffres, qui compte près de 200 revendeurs et réalise plus de 80% de ses ventes dans l’Hexagone.


Sacs modèle croissant de Nat & Nin


Avec la fermeture des magasins, la crise sanitaire du coronavirus n’a pas épargné Nat & Nin. Pour parer à ce moment inédit, la marque fondée il y a quinze ans a donc mis l’accent sur le volet digital: "Lors du premier confinement, nous avons lancé des ventes outlet, par exemple sur notre site marchand", indique Ninny Heide, soulignant que même si les ventes en ligne de Nat & Nin, qui représentent désormais 20% des ventes globales, ont connu une croissance, cela n’a pas compensé la baisse du chiffre d’affaires.

La société familiale, qui depuis ses débuts rencontre un joli succès grâce à ses sacs dans l’air du temps à prix accessibles, n’a toutefois pas souhaité avoir recours au PGE, préférant traverser les turbulences avec ses propres deniers.

Pour relancer plus fortement sa croissance, Nat & Nin, qui compte également quatre boutiques en propre dont trois à Paris, veut notamment accélérer son implantation à l’export. Cette présence à l’international pourrait notamment passer par des marketplaces.  "En France, nous sommes déjà sur les sites de La Redoute, Sarenza ou encore les Galeries Lafayette, donc pour l’instant je ne vois pas trop l’intérêt d’être sur les marketplaces, mais à l’étranger la situation est différente. Je pense à une implantation sur un site comme Farfetch", détaille Nathalie Wu.

Autre relais de croissance pour Nat & Nin, le redéploiement de sa ligne de chaussures. Une collection lancée au printemps 2019 mais dont les bonnes performances ont été coupées par la crise. "Nos chaussures sont fabriquées au Brésil et avec les confinements, la situation était complexe du coup il n’y aura pas de nouveautés cet hiver et l’été prochain, mais nous reviendrons ensuite", indique Nathalie Wu.

Les deux sœurs, qui viennent d’une famille de maroquiniers et qui depuis dix ans travaillent avec le même atelier de fabrication en Chine, espèrent également que la situation du fret maritime s’améliore rapidement. La crise, aggravée par l’accident dans le canal de Suez, ayant selon elles entrainé une hausse de coût du transport multiplié par 8 voire 10. Une situation soulignée par beaucoup de marques, qui pèse sur les marges mais qui, à date, ne se répercute pas sur les prix de vente.
 
 
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com