×
6 675
Fashion Jobs
CONFIDENTIEL
Responsable Développement Produit PAP
CDI · PARIS
FROM FUTURE
Directeur Régional (H/F)
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
MAISON FRANCIS KURKDJIAN
Chef de Projet Core Fragrances H/F
CDI · PARIS
GROUPE CHANTELLE LINGERIE
Contrôleur(se) de Gestion Industriel et Logistique H/F
CDI · CACHAN
KIABI
Leader Region Sud-Ouest (H/F) - CDI
CDI · MÉRIGNAC
BLEU LIBELLULE
Coordinateur Formation Digitale
CDI · MONTPELLIER
KIABI
Leader Region Rhône (H/F) - CDI
CDI · BEYNOST
DIRAMODE PIMKIE
Responsable Animation Commerciale et E-Merchandising H/F
CDI · VILLENEUVE-D'ASCQ
DIRAMODE PIMKIE
Responsable Animation Commerciale et E-Merchandising H/F
CDI · VILLENEUVE-D'ASCQ
YVES SAINT LAURENT SAS
Saint Laurent Chef de Projet Moa Client H/F
CDI · PARIS
CONFIDENTIEL
Area Manager
CDI · MILAN
PLACE DES TENDANCES
Responsable Ressources Humaines Vélizy H/F
CDI · VÉLIZY-VILLACOUBLAY
CELIO
Product Planner / Contrôleur de Gestion Achat H/F
CDI · SAINT-OUEN
BALMAIN
Coordinateur.Rice Prestataire Logistique H/F
CDI · FERRIÈRES-EN-BRIE
VILEBREQUIN
un(e) Contrôleur(Euse) de Gestion Junior
CDI · PLAN-LES-OUATES
BRAND SISTERS
Controleur/se de Gestion
CDI · PARIS
ESPRIT FRANCE
Responsable Regional Franchise - Nord H/F
CDI · ARRONDISSEMENT DE STRASBOURG
CCLD RECRUTEMENT
Regional Key Account Manager H/F
CDI · SAINT-OUEN
CCLD RECRUTEMENT
Commercial Itinérant Volant Secteur Sud Ouest H/F
CDI · BORDEAUX
JULES
Contrôleur de Gestion Réseau (H/F)
CDI · ROUBAIX
ESPRIT FRANCE
Responsable Service Généraux - Facility Manager
CDI · BOULOGNE-BILLANCOURT
ESPRIT FRANCE
Responsable Regional Franchise - Nord H/F
CDI · LILLE
Publicités
Par
AFP
Publié le
13 févr. 2009
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

New York : coup d'envoi d'une "Fashion Week" à l'enseigne de la crise

Par
AFP
Publié le
13 févr. 2009

NEW YORK, 13 fév 2009 (AFP) - Finies les folles soirées au champagne dans les lofts de Manhattan : la Semaine de la Mode automne-hiver 2009/2010 a démarré vendredi 13 février à New York sous le signe de l'austérité et de l'incertitude.


Lynda Carter présente une création de Carolina Herrera le 13 février 2009
Photo : Timothy A. Clary/AFP

Le nombre de créateurs inscrits sur la liste officielle de la "Fashion Week" n'a pas vraiment diminué, et s'élève à 75 contre 80 en septembre dernier, avant l'accélération brutale de la crise qui était tout de même déjà là.

Yigal Azrouël a donné le coup d'envoi de ce grand rendez-vous de la mode, après une présentation de "robes rouges" portées par des célébrités, un événement organisé par la Fondation du Cœur pour alerter les femmes sur les risques des maladies cardio-vasculaires.

Le jeune créateur d'origine israélienne, qui a débuté en 1998 à New York, a bouclé en moins de dix minutes un défilé sombre et romantique, où les petites robes moulantes à empiècement plissé se portent sous des manteaux courts et amples en tweed à larges cols.

La plupart des stylistes présentent moins de modèles, de 25 à 30 contre les 30 à 40 pièces habituelles. Certains organisent des défilés collectifs pour faire face à des frais qui peuvent atteindre plusieurs centaines de milliers de dollars en location d'espace, envoi des cartons, tarifs des mannequins, des maquilleurs et coiffeurs, organisation d'"après-parties" etc.

C'est le cas notamment de quatre créateurs africains --d'Afrique du sud, du Nigeria et du Mali--, qui devaient présenter pour la première fois leurs collections en début de soirée vendredi.

Parmi les inscrits, les incontournables Diane von Furstenberg, présidente de l'Association des stylistes américains (Council of Fashion Designers of America), Ralph Lauren, Donna Karan ou Calvin Klein.


Amanda Bynes présente une création de Daniel Swarovski le 13 février 2009 - Photo : Timothy A. Clary/AFP

Le Français Lacoste, pour qui le marché américain est très important, montre sa collection samedi matin, juste avant un nouveau venu très attendu, le couturier libanais Georges Chakra, qui a choisi New York pour présenter sa première ligne de Prêt-à-Porter.

L'"enfant terrible" de la mode américaine Marc Jacobs défile comme d'habitude loin des tentes de Bryant Park --près de Times Square-- dans une ancienne armurerie du sud de Manhattan, mais lui aussi s'est mis au goût du jour et n'a invité que 700 personnes lundi 16 février contre 2 000 la saison dernière.

Puis viennent les stylistes "qui montent" comme Narciso Rodriguez, un fils d'immigrés cubains qui habillait Michelle Obama le soir de l'élection du 4 novembre. Ou encore des "militantes" comme Nanette (bien Nanette) Lepore ou Anna Sui, qui se battent pour la survie des ateliers de couture de Manhattan, menacés de disparition à cause des coûts de l'immobilier et du phénomène de la délocalisation.

Distribué à l'entrée de Bryant Park, le quotidien officiel de la Semaine de la mode ne parle que de crise sous le titre "Le chic doit vivre" (Chic must go on), et donne la parole à tous les créateurs qui ont des recettes de survie.

Le maire de New York Michael Bloomberg a réaffirmé récemment l'importance de l'industrie de la mode pour la ville en annonçant le déménagement de la Fashion Week à l'automne 2010 au Parc Damrosch, dépendant du centre artistique et musical du Lincoln Center. Un contrat a été signé pour cinq ans.

"L'industrie de la mode est vitale pour l'économie de New York, elle emploie plus de 175 000 personnes et représente des milliards de dollars en salaires et revenus chaque année. Promouvoir la Fashion Week (...) est plus important que jamais en ces temps difficiles", a conclu le maire.

Par Paola MESSANA

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.