×
Publicités
Par
AFP
Publié le
11 févr. 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

New-York : le noir fait son retour, et les créateurs pullulent

Par
AFP
Publié le
11 févr. 2006

NEW YORK, 11 fév 2006 (AFP) - La mode pour l'automne-hiver 2006 s'annonce sombre, d'après la semaine des défilés de New York, rendez-vous chaque saison plus foisonnant des créateurs, de l'industrie et des célébrités.


Création Proenza Schouler présentée lors de la Fashion Week le 9 février 2006 à New York
Photo : Paul Hawthorne/AFP

La Fashion Week, qui s'est achevée vendredi, a montré un engouement pour les superpositions, les gros manteaux, les vestes couvrantes : manteau trapèze chez Jill Stuart pour mannequins au maquillage quasi gothique, gros manteaux à carreaux à col montant ou bande de fourrure chez Marc Jacobs.

Grand annonceur de tendances, Jacobs privilégie les pièces surdimensionnées, pulls immenses, jupes/chemises, agrémentés d'accessoires doudou, gants de laine, chaussettes épaisses, bérets tricotés.

Chez nombre de couturiers, les pantalons sont cigarettes, serrés, parfois même caleçons, et le motif carreaux est un must (Diane von Furstenberg, Michael Kors).

La semaine s'est terminée avec Karl Lagerfeld, qui montrait pour la première fois à New York la collection portant son nom. Dans un studio bondé de Chelsea, il a présenté des modèles alliant robes aux découpes sophistiquées, pulls à trous, lourds pardessus de laine, grandes bottes de cuir souple.

"Je n'ai jamais vu une telle réémergence du noir", commente à propos de cette semaine Stan Herman, président du Conseil des créateurs de mode d'Amérique (CFDA), pour qui le contexte mondial n'est pas étranger à cette inspiration.

"La situation mondiale a influencé les couleurs. La guerre qui divise ce pays et le monde a eu un effet sur les créateurs, même de manière subliminale", dit-il, citant la collection de Ralph Lauren, inspirée des parties de chasse. "Parfois la chasse est une réminiscence de la guerre".


Une création Marc Jacobs pour l'automne 2006, présentée lors de la Fashion week à New York le 7 février 2006 - Photo : Fernanda Calfat/AFP

Dans une mode américaine tendant à privilégier confort et sportswear, les deux grands tenants des lignes près du corps, Narciso Rodriguez et Proenza Schouler, ont montré des robes ajustées, en cuir ou laine pour le premier, velours et dentelle de métal pour les seconds.

Mais si la tendance est à la noirceur, l'événement n'est en rien morose, avec un total de 176 défilés et présentations, en partie sous les tentes de la Fashion Week, en partie dispersés dans des studios de l'ouest de Manhattan, et avec la multiplication des jeunes pousses déferlant du monde entier avec l'espoir chevillé de percer.

"Il y a eu beaucoup de frisson cette semaine, beaucoup de choses... Plus que jamais, New York s'impose comme une destination de la mode", assure M. Herman. "L'Amérique tient son rang. Nous ne sommes pas le laboratoire à idées, cela doit rester Paris peut-être. Mais nous habillons le monde, comme l'Italie l'a fait à une époque. Et nous savons prendre soin de nos nouveaux talents, dont nous verrons certainement les résultats dans 2 ou 3 ans".

La semaine a de fait confirmé la montée de jeunes présents depuis quelques années : Behnaz Sarafpour, Derek Lam, Peter Som, Proenza Schouler, ou plus récemment Doo.Ri.

Les membres de l'ancien collectif branché As Four semblent avoir surmonté leur séparation, avec d'un côté le trio ThreeAsFour, tandis que l'ex-4e membre, Kai Kühne, montrait sous le nom "Myself" une collection contre toute attente très féminine.

Tous ont aussi rivalisé pour attirer les célébrités: Halle Berry chez Ralph Lauren, Lou Doillon chez Lagerfeld, Rachel Weisz chez Rodriguez. Et toujours le plus bel alignement pour Jacobs: Winona Ryder, Sofia Coppola, Zoe Cassavetes, Debbie Harry (de Blondie), Naomi Campbell, Lindsay Lohan.

Une surprise enfin, le retour de Manuel Cuevas, qui habilla Elvis, Johnny Cash ou Dolly Parton, et conçut même les costumes des Beatles pour l'album Sgt. Pepper. A 67 ans, il a présenté une collection d'inspiration cowboy, un style tendance cette année, repris notamment par Ralph Lauren Homme avec ses pantalons de cuir brodé.

Par Catherine HOURS

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.