×
5 496
Fashion Jobs
Par
AFP
Publié le
16 févr. 2011
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

New York : omniprésente, la fourrure triomphe chez J.Mendel

Par
AFP
Publié le
16 févr. 2011

NEW YORK, 16 fév 2011 (AFP) - Omniprésente à la Semaine de la mode Automne-Hiver 2011 qui se tient à New York jusqu'à jeudi, la fourrure triomphe chez Gilles Mendel, créateur de prêt-à-porter héritier d'une dynastie de fourreurs français.

"C'est clair, quand il s'agit de fourrure, il a une bonne longueur d'avance", entendait-on du côté des nombreux blogueurs qui ont suivi le défilé de la griffe J.Mendel mardi soir.

Devant un parterre de célébrités et d'acheteuses de vêtements de luxe venues du froid, la collection a offert toutes les palettes du savoir-faire du créateur en matières de peaux.

Trench beige en daim avec dos en carrés de vison de même teinte, manteau en cuir mélangé à du renard argenté travaillé en losanges, pelisse en vison rasé et vison plus épais, aux manches en loup, blouson en marmotte de Finlande transformée pour avoir un petit côté "ethnique": la moitié des modèles, somptueux, étaient en fourrure ou en peaux. Y compris les robes, comme ce fourreau en losanges de vachette noire monté sur du tulle transparent.

Les sacs de l'assistance étaient d'ailleurs soigneusement fouillés par le service d'ordre à l'entrée, pour éviter d'éventuelles actions des militants de Peta, le mouvement anti-fourrure très actif à New York.

Nouveauté chez Mendel, les mannequins portaient des chaussures de sa création, longues cuissardes en daim brodé montant tout en haut de la jambe, sortes de leggings de peau portés sous des robes en panne de velours ou de satin largement fendues.

Que ce soit pour les robes, les fourrures ou les dentelles, le créateur a été très inspiré par les tatouages aborigènes, qu'on retrouve quelle que soit la matière travaillée.

"La fourrure n'a plus la lourdeur du passé, je la décompose, la monte sur de la soie, la mélange au cuir sur de multiples patrons", raconte à l'AFP Gilles Mendel, installé aux Etats-Unis depuis 30 ans mais qui ne participe à la semaine de la mode que depuis 2004, un an après son adhésion à l'Association des créateurs américains (CFDA).

"Aujourd'hui, j'ai surtout une maison de mode. La fourrure est l'une des matières que je travaille le mieux, c'est mon héritage, mais j'aime aussi traiter les tissus comme la soie, la panne de velours", poursuit celui qui petit, allait jouer dans la chambre froide où son père et son grand-père gardaient les peaux. "Je faisais des siestes sur des montagnes de zibeline", se souvient-il.

Mercredi, le créateur américain Michael Kors, qui fête les 30 ans de sa marque, avait lui aussi beaucoup de fourrure dans sa collection homme-femme, sans qu'elle en soit le centre. On a vu aussi une grande doudoune noire en duvet ceinturé, et beaucoup de cuir marron ou fauve, lisse ou traité façon crocodile.

Pour lui, comme pour Nanette Lepore ou le Brésilien Alexandre Herchcovitch qui venaient après, la diffusion instantanée des défilés sur YouTube permet à des milliers de passionnés de vivre une expérience nouvelle et très appréciée.

Par Twitter ou Facebook, des commentaires en direct arrivaient sur le site pendant le défilé, à l'adresse "liverunway", depuis des dizaines de pays, du Chili à l'Ethiopie, de Dubaï au Portugal.

"Je regarde la Semaine de la mode depuis mon appartement au Cambodge", lit-on dans un tweet. "J'espère que Paris et Milan vont diffuser en direct aussi", dit un autre.

Comme tous les défilés commencent avec une demi-heure de retard, les internautes peuvent suivre les caméras qui ne leur font rien rater des célébrités présentes et de leurs embrassades. "Merci YouTube, c'est comme être assis au premier rang", souligne un autre commentaire. Par Paola MESSANA

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.