×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
10 sept. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

New York: une nouvelle vague de créateurs asiatiques à la Fashion week

Par
Reuters
Publié le
10 sept. 2014

Une nouvelle génération de créateurs asiatiques, ayant – chose nouvelle – déjà fait ses armes en Asie, fait cette année son apparition au Fashion Week de New York, portant avec elle de grandes ambitions sur le très lucratif marché de la mode américain.

Les premiers créateurs asiatiques étaient soit nés et formés aux Etats-Unis – parmi eux, Vera Wang, connue pour ses robes de mariée, soit nés en Asie mais formés aux Etats-Unis – comme Jason Wu, dont la plus célèbre cliente n'est autre que Michelle Obama.


Collection printemps-été Jason Wu (photo Pixel Formula)



Selon Reuters, contrairement à leurs précurseurs, ces nouveaux arrivés sont non seulement nés en Asie mais s'y sont aussi déjà fait un nom, apportant avec eux une sensibilité extrême-orientale propre, toutefois toujours mêlée d'influences occidentales. C'est d'ailleurs ce que fait remarquer l'un d'entre eux, le coréen Lie Sang Bong, qui devrait ouvrir la première boutique de sa marque Lie Sangbong à New York au mois d'octobre.

"Je trouve mon inspiration dans la poésie, l'architecture et les paysages coréens, mais je suis tout aussi fasciné par les procédés de la couture parisienne traditionnelle, et dernièrement, par les femmes new-yorkaises et par leur approche de la mode", ajoute-t-il.

"La Fashion week de New York est vraiment le meilleur moyen d'exposer son travail à destination d'une audience mondiale, et nombreux sont les créateurs asiatiques qui veulent prendre part à cet enthousiasme et défiler ici", déclare-t-il encore.

Selon Reuters, la présentation des collections printemps-été au Fashion week de New York, qui se termine ce jeudi, est considérée par les créateurs comme le meilleur moyen d'attirer l'attention d'une large audience composée de milliers d'acheteurs, de médias et de passionnés de mode.

Deux créateurs faisant leurs débuts cette année à New York sont Zhuliang Li et sa marque haut de gamme Oudifu, qui compte déjà plus de 200 boutiques en Chine, et Tao Wang, directrice de la création de Broadcast, une des 10 principales griffes chinoises, avec plus de 800 boutiques au pays de l'Empire du Milieu, et qui espère d'ailleurs ouvrir prochainement un showroom à New York.

"J'ai travaillé dans ce secteur pendant 20 ans, et il est temps pour moi de considérer le marché de manière sérieuse, plutôt que de montrer ma créativité. Je veux une plateforme pour ma marque", déclare Tao Wang, ajoutant avec pragmatisme que les acheteurs d'envergure mondiale se trouvent aux Etats-Unis, plutôt qu'en Chine.

Cela ne signifie pas pour autant que ces créateurs souhaitent abandonner le marché asiatique. Et pour cause, selon le cabinet Euromonitor, la Chine devant en toute vraisemblance prendre la place des Etats-Unis dès 2017 en tant que principal marché de l'habillement.

Selon Reuters, c'est bel et bien la recherche d'un équilibre entre les deux marchés qui motive ces créateurs.

"Je ne veux pas détourner mon attention d'un marché au profit de l'autre, mais il est important pour moi l'étendre la portée de ma marque", affirme d'ailleurs le sud-coréen Son Jung Wan, arrivé pour sa part à New York il y a trois ans.

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.