×
Publicités
Par
AFP
Publié le
1 déc. 2022
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Next rachète la majorité des actifs de Joules, en faillite

Par
AFP
Publié le
1 déc. 2022

Le groupe britannique d'habillement Next a annoncé jeudi qu'il allait racheter "la majorité des actifs de Joules" en partenariat avec le fondateur de la marque en faillite, Tom Joule, dans le cadre d'une coentreprise.


Joules


"Next va faire équipe avec Tom Joule, pour racheter la majorité des actifs" de la marque britannique, "à travers une nouvelle société pour 34 millions de livres en numéraire", selon un communiqué publié jeudi.

Next détiendra 74% de la nouvelle entité et Tom Joule les 26% restants. Des porte-parole de Next et Joules, interrogés par l'AFP, n'ont pas détaillé le partage de la somme de 34 millions entre les deux co-repreneurs.

Next rachète par ailleurs pour 7 millions de livres le siège social de la société, situé au centre du pays à Market Harborough, précise le communiqué de Next.

Environ 100 magasins sur 124 au Royaume-Uni et en Irlande devraient être maintenus, mais 19 boutiques seront fermées immédiatement, ajoute-t-il. Joules va conserver une équipe de direction autonome et l'actuel directeur général Jonathan Brown reste en place. Quelque 1.450 emplois seront maintenus, mais 133 postes seront supprimés, selon Next et un communiqué séparé du cabinet de conseil Interpath, qui a géré la procédure de dépôt de bilan.

Début août, Joules avait dit étudier un rapprochement avec Next, ce qui avait dopé son action, suspendue de la cote depuis. Les négociations avaient achoppé et la marque avait déposé le bilan mi-novembre après s'être trouvée à court de liquidités, victime de la crise du coût de la vie, alors que l'inflation a dépassé 11% au Royaume-Uni.

Connue pour ses vestes d'extérieur et ses bottes en caoutchouc colorées, l'enseigne était confrontée depuis des mois à la chute de ses ventes, notamment parce que les consommateurs réduisent leurs dépenses mais aussi en raison d'un temps sec cet été qui a découragé l'achat de vêtements d'extérieur et de pluie.

Next, dont le cours de l'action reculait de 0,58% à 5.806,00 pence vers 16H15 GMT à la Bourse de Londres, avait repris début novembre à prix bradé la marque et propriété intellectuelle de Made.com, vendeur d'ameublement en ligne, également victime d'une inflation des coûts, de difficultés de chaîne d'approvisionnement, et d'une retombée du commerce en ligne après le boom de la pandémie.

"Next vole une fois de plus à la rescousse d'une marque en détresse mais ce n'est pas sans risques", commente Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown.

"En plus de soutien pour ses infrastructures de vente numérique, Joules aura besoin d'ajouter une dose de modernité à son offre centrée sur la tradition" et l'atmosphère rurale britannique, ajoute Susannah Streeter, tandis que Next va devoir faire face à une inflation galopante qui "écrase ses marges".

Londres, 1 déc 2022 (AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.