×
Publicités
Par
AFP
Publié le
24 nov. 2015
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Niger : report du plus grand festival de mode africain pour des raisons de sécurité

Par
AFP
Publié le
24 nov. 2015

Le 10e Festival international de la mode en Afrique « FIMA », prévu du 25 au 29 novembre à Niamey, a été reporté sine die, par crainte notamment d'attaques terroristes, a indiqué mardi son organisateur, Seidnaly Sidhamed alias Alphadi.

Le FIMA a été annulé pour cause d'éventuels attentats


« Le gouvernement du Niger a décidé de reporter cette 10e édition du FIMA, en raison de ce qui se passe à Diffa (sud-est nigérien), au Mali, au Tchad, au Cameroun, en France », a expliqué Alphadi lors d'une conférence de presse.

Il a assuré que ce festival se tiendra « très prochainement », sans avancer de nouvelles dates.

Le Niger fait face depuis février aux raids et attentats suicides très meurtriers des islamistes armés de Boko Haram qui ont déjà fait des centaines de morts dans la région de Diffa (sud-est), proche du Nigeria.

Alphadi a également justifié ce report « par compassion » avec le Mali voisin, dont est il originaire, où 20 personnes de 14 nationalités ont péri vendredi dans une attaque avec prise d'otages dans un hôtel de Bamako.

Depuis ses débuts en 1998, ce festival biennal, dont cette édition était pourtant dédiée à « la paix », propose des regards croisés entre les créateurs africains et leurs pairs occidentaux.

Près d'un millier de festivaliers, dont des créateurs de mode et mannequins issus d'une quarantaine de pays, étaient attendus au 10e FIMA, selon Alphadi.

Des rencontres entre vendeurs et acheteurs de couture, sculpture, peinture et bijouterie africaines devaient être organisées en marge du Festival. Des stars de la musique africaine et du foot, dont le Camerounais Samuel Eto'o et l'Ivoirien Yaya Touré, devaient assister au lancement prévu dans le plus grand stade de la capitale.

En 2013, la précédente édition s'était déjà tenue sous haute surveillance avec la menace d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.