×
Publicités
Publié le
15 oct. 2018
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Nike : la Fédération Française de Football attend toujours les maillots à deux étoiles

Publié le
15 oct. 2018

Nike reste muet. Mais le mécontentement de ses clients qui attendent les maillots floqués de deux étoiles devient palpable. Si bien que la semaine passée, le président de la Fédération Française de Football a même tancé l'équipementier avec qui l'organisme est lié jusqu'en 2026, avec un accord de 50 millions d'euros par an.


Le maillot de l'équipe de France aux deux étoiles : une pièce toujours très rare. - AFP - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT


« On va être livré, mais avec un bon mois de retard, on aurait pu déjà vendre 300 000 maillots. On les vendra sûrement avant Noël. Mais dire non tous les jours, c'est compliqué, les magasins sont vides, on n'en a pas, a déclaré Noël Le Graët sur la radio RTL. On en aura 130 000 je crois dans les semaines qui viennent et un peu plus avant Noël. Mais c'est regrettable. »

Une sortie mesurée, mais qui révèle un certain agacement. Selon Les Echos, seulement 30 000 maillots ont été proposés depuis la victoire des Bleus le 15 juillet en Russie. Un nombre loin de pouvoir répondre aux plus de 300 000 précommandes annoncées. Sur ces maillots pouvant être vendus jusqu'à 140 euros pièce, la fédération toucherait 7 euros, selon le quotidien économique. Un manque à gagner qui a donc de quoi échauder la FFF qui, selon Le Figaro, a même dû trouver une solution alternative. La fédération aurait fait appel à une société pour broder une seconde étoile sur ses stocks de maillots à une étoile, afin de pouvoir contenter les fans.

Le Figaro annonce que la prochaine livraison de maillots est attendue mi-décembre. Mais avec 170 000 unités prévues, le compte n'y sera pas pour répondre à toutes les attentes de cadeaux de Noël.

Nike, conforme à ses pratiques de communication, ne commente pas cette situation et laisse les observateurs s'interroger sur une stratégie marketing de la rareté ou au contraire les difficultés de flexibilité de ses capacités de production asiatiques. Si son cours de Bourse à New York, où sa prochaine présentation de résultats trimestriels ne devrait pas être perturbée par ce bad buzz français, la marque pourrait cependant perdre quelques points auprès du consommateur fier d'arborer son coq à la poitrine.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com