Noo passe à l’activewear et prend ses quartiers dans le Marais

Lancée en 2014, la griffe de lingerie Noo se diversifie. Après le bain (et l'homme, depuis abandonné) en 2016, le homewear en 2017 et plus récemment de petites pièces de prêt-à-porter, c’est au tour de l’activewear d’intéresser Anaïs Laurent et Elissa Regnier-Vigouroux, les deux fondatrices de la griffe. Pour leur première collection, composée de six pièces, elles ont imaginé la panoplie parfaite pour un cours de yoga, de Pilates ou de barre au sol : deux brassières, un legging, un cycliste, un top à manches courtes et un short, vendus entre 45 et 60 euros.
 
La première collection d'activewear de Noo - Noo

Jusqu’ici disponible sur Internet, la marque est désormais à la recherche d’un magasin parisien. En octobre dernier, Noo ouvrait pour deux mois un pop-up store au 11, rue Debelleyme, dans le IIIe arrondissement parisien. L’espace, de 38 mètres carrés, a tellement plu qu’elles ont décidé de le réinvestir pour dix mois, depuis mars 2019 et jusqu'en janvier 2020. Un magasin éphémère au long cours qui devrait leur laisser le temps de trouver une adresse définitive dans le quartier.
 
Noo, dont les productions sont faites dans une usine tunisienne à partir de matières essentiellement européennes, prépare également une collaboration avec Monoprix pour juin prochain. Avec pour thème un été dans le sud de la France, elle mettra à l’honneur le bain et le beachwear pour la femme et la fillette.

Enfin, à partir de novembre, c’est au Printemps Haussmann que la griffe posera ses valises. Elle y restera pendant trois mois, avec un corner présentant les différents univers de la marque.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterSportLingerieDistributionCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER