×
6 210
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
11 janv. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Nouvelle fronde du commerce pour l'ouverture "automatique" le dimanche

Publié le
11 janv. 2021

Après une première tribune signée début janvier, les principales fédérations de commerce lancent un nouvel appel concernant l'ouverture dominicale. Dans une lettre conjointe publiée ce 11 janvier, elles regrettent la décision de la ministre du travail Elisabeth Borne de ne pas rendre "automatique" les autorisations d'ouverture des points de vente les dimanches de janvier et de la période décalée des soldes d'hiver. Soit jusqu'au dimanche 14 février prochain.


Ces fédérations souhaitent ouvrir le dimanche pour maximiser leurs chances de générer de l'activité, alors que le couvre-feu à 18h a été étendu en France - Pixabay


Les signataires que sont l'Alliance du commerce, Procos, le Conseil national des centres commerciaux (CNCC), la Fédération française de la franchise (FFF) et la Fédération du commerce coopératif et associé (FCA) "ne comprennent pas que la ministre du Travail ne s’engage pas aux côtés des commerçants, dans le contexte sanitaire et économique actuel".
 
La décision est en effet entre les mains des préfets des différents départements français, qui ont déjà au cas par cas autorisé cette ouverture dominicale depuis le début de l'année. Mais, selon les fédérations, ce procédé "contraint les organisations professionnelles et les commerçants qui le souhaitent, à effectuer des démarches lourdes et tardives auprès des préfectures pour demander une dérogation au repos dominical des salariés".

Elles demandent donc à la ministre d'instruire directement les préfets "afin d’accorder automatiquement et collectivement aux commerçants des dérogations au repos dominical".
 
Étendre l'ouverture des commerces toute la semaine permettrait de pouvoir écouler davantage les stocks et d'étaler la fréquentation des clients en boutique. "Plus que jamais les commerçants ont besoin de travailler durant le mois de janvier tout en continuant à respecter les protocoles sanitaires, martèle le communiqué. Les ouvertures dominicales pendant les soldes permettraient de maintenir le niveau des chiffres d’affaires, alors même que le couvre-feu à 18h va être étendu dans de nombreux départements".
 
Fustigeant une lourdeur administrative de plus, les représentants de commerçants "attendent plus de soutien et de facilitation de la part du gouvernement", car la période réclame selon eux de l'agilité pour "pouvoir sauver un maximum d'emplois et d'activité".

Certains syndicats ne l'entendent pas de cette oreille et s'opposent à l'ouverture dominicale généralisée des commerces en ce début d'année. Saisi par la CGT, le tribunal administratif de Clermont-Ferrand a suspendu samedi dernier l'arrêté préfectoral autorisant les commerces du Puy-de-Dôme à ouvrir les dimanches de janvier, rapporte La Montagne.

Les raisons ? Le risque "d’augmenter de fait les jours de circulation et donc de contamination par le virus, alors même que la période officielle des soldes ne commence que le 20 janvier". La juridiction estime aussi que "le préfet du Puy-de-Dôme a porté une atteinte grave et manifestement illégale au droit à la vie, au droit au repos des salariés et à la protection sanitaire de la population".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com