×
6 351
Fashion Jobs
Publicités
Publié le
1 janv. 2020
Temps de lecture
5 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Octobre Editions se forge un nom chez l'homme

Publié le
1 janv. 2020

En cette fin d’année 2019, à voir l’animation de la boutique Octobre Editions, rue d’Uzes dans le IIème arrondissement parisien, on douterait presque de l’impact des grèves sur les commerces de la capitale. « L'Atelier » ne désemplit pas. "Nous sommes chanceux, les clients viennent nous voir. Cela a même certainement eu un effet positif sur la boutique du XVIIème, explique Arthur Person , qui a participé au lancement il y à trois ans et demi de la marque de prêt-à-porter masculin créée par Corentin Petit et Morgane Sézalory, fondateurs de  la grande sœur Sézane. Les clients sont venus découvrir ce lieu, mais comme ils ne pouvaient venir dans la boutique rue d'Uzès cela a permis d’attirer une clientèle de proximité". Les résultats seraient très bons… Sans que l’on sache réellement ce que recouvre cette affirmation : dans la maison, on s'étend rarement sur les chiffres.


Octobre Editions puise ses inspirations dans les années 70 - Octobre Editions



Toutefois, cette appétence du client pour la découverte physique n’est pas en mesure de changer les plans de la marque. Octobre a bien investi de manière permanente l’espace homme du Bon Marché en novembre, se confrontant directement aux labels masculins concurrents, mais, c’est assuré, il n’y a pas d’autres projets de lieu de vente permanent. Au 63 boulevard des Batignolles, où la marque s’est installée à côté de Sézane et son nouveau concept Libre Service, l’installation était dédiée au ski et à Noël et ferme ses portes avec la nouvelle année. Octobre avance d’ailleurs dans le sillon de Sézane à la fois dans les faits et dans l’esprit.

Dans les faits, la marque Homme accompagne sa grande sœur dans ses expérimentations en région, comme récemment à Lille. "Nous avons participé à l’évènement organisé par Sézane à Lille. Et au vu des résultats nous réfléchissons à renouveler ce type de moments. Cela nous permet d’aller à la rencontre des clients. Ils aiment parler de la marque et toucher directement le produit".


Octobre Editions s'est installé avec un espace dédié au Bon Marché - Octobre Eidtions



Car à l’instar de Sézane, Octobre Editions en tant que DNVB (Digital native vertical brand) est avant tout une marque orientée vers l’e-commerce. Avec un propos digital, les labels défendent une approche d’exclusivité avec une production maîtrisée. Un modèle qui leur permettrait d’apporter la qualité à un prix « plus juste ». Un discours qui résonne fortement tant en termes de style que de concept auprès d’une génération d’actifs de 25-45 ans.

Et si la marque de prêt-à-porter féminin de Morgane Sézalory aurait passé en 2019 la barre des 100 millions d’euros de chiffre d’affaires, après avoir atteint les 80 millions en 2018 d’après le Figaro, Octobre Editions réaliserait déjà plusieurs dizaines de millions d’euros de chiffre d’affaires selon des sources du secteur.

"Il ne faut pas trop écouter les rumeurs. Nous n’avons pas pour habitude de donner des chiffres, répond Arthur Person lorsqu'on évoque ces éléments. Nous préférons travailler sur nos produits et nos modèles. C’est vraiment ce qui motive notre développement. Nous ne mettrons pas en danger le projet de long terme pour un bon coup. Nous ne faisons pas de surproduction. Mais nous sommes rentables ". Car il est certain que les actionnaires minoritaires du fonds General Atlantic ont forcément un regard affuté sur les ratios. Ceux-ci doivent donc donner satisfaction.

La patte de Sézane s’applique donc parfaitement dans Octobre ? "Ce n’est pas tout à fait le même modèle, précise le responsable. La fréquence, les attentes sont différentes pour les hommes. Nous avons des entrées de produits tous les mois. Mais la recherche d'essentiels est importante pour l'homme. Pour Octobre le basique est un gage de qualité. Après ce sont comme pour Sézane, nos échanges avec les clients qui nous permettent d'ajuster l'offre. Et pour cela l'expérience des équipes de Sézane nous apporte beaucoup".

Des basiques essentiels



Ces basiques représenteraient aujourd’hui 50 % de l’offre d’Octobre qui propose autour de 180 références. On y trouve des pulls nid d’abeille, des chemises et des jeans qui font partie des pièces fortes autour desquelles se construisent les silhouettes et que l'on retrouve dans ses shootings photos de qualité diffusés via ses newsletters et les réseaux sociaux. La marque a développé son offre de costumes, avec un service personnalisé dans sa boutique parisienne. Et pour continuer de séduire les hommes, Octobre Editions avance sur plusieurs plans. D’abord, la marque travaille son sourcing « C’est une attente de nos clients et une volonté de notre part, explique Arthur Person. Nous menons un travail sur un sourcing écologique pour les basiques. On le fait progressivement en visant à intégrer les meilleures solutions. Nous regardons le volet social comme le côté green. Nous travaillons sur la transparence avec nos fournisseurs. C'est un enjeu pour 2020 ».


Octobre Editions



L’autre point est aussi d’aller vers une proposition mode plus forte. « Ce n'est pas une approche créateur, mais nous voulons avancer avec des coupes plus fortes, proposer d'autres matières. Cela permet d’apporter de nouvelles silhouettes associées à nos basiques. Nous voulons aussi travailler plus la couleur, les délavages... ». La marque va ainsi développer sa proposition de maillots de bain pour l'été prochain.

Autant d'éléments qui doivent permettre à la Octobre Editions de renforcer sa relation avec sa clientèle et de séduire de nouveaux hommes. Si 50 % de sa clientèle est parisienne, la marque veut renforcer sa reconnaissance dans l'Hexagone. Avant d'aller voir à l'international? Sézane exporte déjà son style à New York. Aujourd'hui, les ventes à l'export d'Octobre représentent entre 5 % et 10 % de son chiffre d'affaires, nous précise son cofondateur. "Nous avons démarré l'activité de la marque très fort. Le temps deux est de consolider et d'avoir la confiance de notre clientèle. Mais nous le ferons un jour. Lorsque nous aurons la structure pour". La patience est une vertu. Et n'est pas un frein à l'ambition.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com