×

Offre confirmée de BKC pour le fabricant de dentelles Noyon

Par
AFP
Publié le
23 sept. 2009
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le cabinet de conseil Bernard Krief Consulting (BKC), en lice pour reprendre Christian Lacroix, a déposé une offre de reprise pour le fabricant de dentelles Noyon à Calais (Pas-de-Calais), placé en redressement judiciaire, a-t-on appris mardi 22 septembre auprès de la direction.


Création Noyon

"Nous avons déposé la semaine dernière une offre de reprise" pour Noyon Dentelle, a indiqué Vincent de Mauny, directeur général du pôle distribution de BKC, confirmant une information des Echos.

Il a précisé ne pas savoir, pour le moment, si d'autres repreneurs éventuels étaient sur les rangs pour cette société familiale de quelque 400 salariés.

Contacté par l'AFP, l'administrateur judiciaire de ce dossier, nommé par le tribunal de commerce de Béthune après la mise en redressement judiciaire de Noyon Dentelle en octobre 2008, n'a pas souhaité faire de commentaires.

Par ailleurs, M. de Mauny a indiqué que BKC avait acheté, pour un montant non communiqué, la société "Lil pour l'autre", spécialisée dans les vêtements de maille.
Cette entreprise de prêt-à-porter a généré 3,2 millions de chiffre d'affaires de 2008 avec une cinquantaine d'employés, répartis entre le siège social à Paris et dans une usine à Amiens.

BKC, qui avait acquis le fabricant de fils à broder DMC en 2008, a également déposé lundi une nouvelle mouture de son offre pour reprendre Christian Lacroix, mis en redressement judiciaire début juin, a indiqué M. de Mauny.

Le cabinet de conseil est notamment en concurrence avec le groupe italien Borletti (Le Printemps, La Rinascente) et la Financière Saint-Germain (Haviland, Daum, Lalique), holding de l'homme d'affaires Prosper Amouyal.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.