×
Publicités
Auteur :
Publié le
21 avr. 2018
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ornement redonne vie aux stocks et chutes de tissus

Auteur :
Publié le
21 avr. 2018

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». La maxime de Lavoisier pourrait être celle du label parisien Ornement, à l'origine duquel l'on retrouve le tout aussi parisien Baptiste Renault, 27 ans. Le jeune homme, qui a affiné sa culture mode chez Colette où il était responsable de l'homme, est brièvement passé par les bancs du Studio Berçot avant de lancer sa propre griffe de prêt-à-porter unisexe, qui « orne ce qui existe déjà ».  
 

Ornement met l'upcycling à la mode - Ornement


Comme une majorité de jeunes marques, des collants Swedish Stockings aux maillots de bain Luz, Ornement se lance le défi d’imaginer des vêtements respectueux de l’environnement, et qui, à l'inverse de l'industrie, polluent le moins possible. Pour y parvenir, Baptiste Renault et ses deux associés travaillent avec ce qui s’appelle des « stocks morts », à savoir des stocks non utilisés par d’autres marques et des chutes de tissus achetées à des grossistes. En tout, le créateur estime que 95 % des matières qu’il utilise sont de seconde main.
 
Pour sa première « vague » (c’est comme ça que la marque désigne ses collections) de huit pièces dessinées par le jeune designer, le label Ornement est allé chercher des habits de surplus de l’armée qui sont ensuite brodés de soie, de galons ou encore de morceaux de denim. Le résultat : des vêtements d’inspiration militaire que le créateur imagine bien troquer contre des modèles exclusivement blancs ou en denim par exemple pour la seconde vague, afin de prendre une direction complètement nouvelle.

En plus de cette collection produite en série limitée (300 exemplaires au total) et quasi exclusivement réalisée par le designer lui-même, Ornement dispose d’une seconde ligne de pièces uniques. Celles-ci, au parti pris encore plus pointu, sont disponibles à la vente dans une boutique parisienne nommée Démocratie située dans le Ier arrondissement, au 1, rue de Turbigo.

Le reste des créations de Baptiste Renault s’achètent sur le site internet de la griffe, mais aussi depuis la mi-avril dans l'hyper tendance concept-store Nous, dont les fondateurs sont également des anciens de Colette. Grâce à ce type d'exposition, le souhait le plus cher du créateur est de séduire des acheteurs japonais. En attendant de se faire repérer, il compte organiser les 18 et 19 mai un événement chez Démocratie. Il y installera un atelier de réparation et proposera d’orner les vêtements des chalands, afin de leur donner une seconde vie, tout simplement.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2020 FashionNetwork.com