×
Publicités
Publié le
10 févr. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

OTB clôt 2021 sur une hausse de 16,2% grâce à ses marques de luxe

Publié le
10 févr. 2022

OTB termine 2021 en beauté, en particulier grâce à la belle performance de ses maisons de luxe. Une division qui s’est renforcée l’an dernier avec l’acquisition de Jil Sander. Le groupe de mode italien, qui au-delà de sa marque de jeans Diesel détient aussi Maison Margiela, Marni et Viktor & Rolf, a réalisé un chiffre d’affaires de 1,53 milliard d’euros: le même qu’en 2019 avant la pandémie, avec une hausse de 16,2% par rapport à 2020. Le chiffre d’affaires net, c’est-à-dire hors royalties et autres revenus, s’élève quant à lui à 1,456 milliard d’euros.


Renzo Rosso, le fondateur et président du groupe - OTB

 
Les ventes du pôle luxe ont notamment bondi de 49% sur un an et de 55% par rapport à 2019, indique la société dans un communiqué, à l’occasion de la publication de ses résultats annuels, sans préciser le chiffre d’affaires de cette unité. Elle souligne néanmoins la performance de Maison Margiela, avec John Galliano aux commandes du style depuis 2014, dont les ventes ont grimpé de 107% sur trois ans depuis 2019 et de 25% par rapport à 2020.
 
Concernant la griffe allemande Jil Sander, qui a intégré la galaxie de Renzo Rosso en mars 2021, "elle a atteint en seulement neuf mois le break-even opérationnel et commencé à générer des flux de trésorerie", note le groupe, qui a travers sa société de production et distribution Staff International, en charge de ses maisons de luxe, gère aussi des marques en licence, telles Dsquared2, Just Cavalli et Koché. OTB a aussi pris en 2019 une participation minoritaire dans le label de denim de luxe californien Amiri.

"Nous voulons continuer à renforcer notre position de pôle international de mode et de luxe non conventionnel, the Brave & Alternative Luxury Group, en ouvrant notre groupe à d’autres marques qui puissent embrasser notre philosophie", déclare le Président d’OTB, Renzo Rosso dans le communiqué, en rappelant comment ce parcours a débuté "il y a un peu moins d’un an avec Jil Sander, qui consolide notre présence dans le monde du luxe".
 
Diesel aussi s’inscrit désormais dans cette stratégie. Pour sa marque phare, l’entreprise de Breganze, en Vénétie, a amorcé une nouvelle phase en recrutant fin 2020 le talentueux créateur belge Glenn Martens, avec l’objectif de positionner le label "dans le segment du luxe alternatif". Ce dernier a aussi développé un nouveau concept de magasin, qui a été inauguré récemment à New York. "La nouvelle direction créative suscite l’intérêt des clients internationaux plus attentifs aux nouvelles tendances de la mode", note le groupe, qui a par ailleurs achevé de rationaliser en profondeur, en le requalifiant, le réseau de distribution de Diesel.
 

Le CEO Ubaldo Minelli - OTB


Ces deux dernières années, la société a également réorganisé sa structure industrielle en renforçant le rôle de Staff International et en intégrant toutes les activités de logistique, passées depuis novembre sous le contrôle d’OTB. Cela a permis une amélioration des process et des services offerts. L'an dernier, elle a investi 47 millions d’euros, non seulement dans la logistique, mais aussi dans son réseau de vente direct avec 38 nouveaux points de vente et dans le digital (e-commerce et plateforme omnicanal). Des efforts qui ne l’ont pas empêchée de renforcer sa trésorerie nette, s'élevant à 383 millions d’euros contre 175 millions au 31 décembre 2020.  
 
Dans ce contexte de refonte, la holding de Renzo Rosso a vu sa profitabilité s’améliorer de manière significative. En 2021, elle a dégagé un bénéfice net de 142 millions d’euros et enregistré un résultat brut d’exploitation (Ebitda) de 354 millions d’euros contre 176 millions un an plus tôt. Sans les éléments non récurrents, ce dernier s’élève à 258 millions d'euros (+47% par rapport à 2020 et +36% par rapport à 2019). Le résultat net d’exploitation (Ebit) atteint 187 millions d’euros et 94 millions sans les éléments non récurrents.
 
Du point de vue géographique, l’Asie-Pacifique se confirme comme une région stratégique. Le Japon reste l’un de ses débouchés les plus importants avec 25% du chiffre d’affaires total du groupe. La Chine également, où OTB a renforcé sa présence. Il y compte désormais 80 boutiques monomarques dans 16 villes et compte doubler ce nombre dans les trois ans. Enfin, une filiale a été ouverte en Corée du Sud. La société souhaite aussi accélérer en Amérique du Nord, où elle a recruté récemment deux managers: Eraldo Poletto pour y piloter Diesel et Laura Dubin-Wander pour superviser les marques créateurs (Maison Margiela, Marni et Jil Sander et Staff International).
 
"2021 a été une année riche en satisfactions, qui nous a vu atteindre -et dans certains cas dépasser- tous les objectifs prévus, dans un contexte économique et social particulièrement difficile", résume le directeur général Ubaldo Minelli, qui confirme le plan stratégique du groupe tablant sur une croissance annuelle de 20%. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com