×
2 572
Fashion Jobs
Par
AFP
Publié le
24 mars 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ouïghours: H&M, qui n'utilise plus de coton du Xinjiang, dans le viseur de la Chine

Par
AFP
Publié le
24 mars 2021

Pékin, 24 mars 2021 (AFP)- La Chine, de plus en plus offensive face aux accusations de violation des droits de sa minorité ouïghoure, a pris des mesures de rétorsion contre le géant du prêt-à-porter suédois H&M, qui avait décidé l'an dernier d'arrêter d'utiliser du coton en provenance du Xinjiang, province peuplée d'Ouïghours.


AFP - AFP



Les produits H&M ont disparu mercredi de la plateforme Taobao, propriété du géant Alibaba, tandis que deux acteurs populaires ont coupé leurs liens avec le groupe suédois et que les médias d'Etat chinois ont critiqué le groupe. Les médias d'Etat ont ainsi parlé de "mensonges" et "d'intentions cachées", la chaîne CCTV accusant H&M de "manger le riz chinois tout en cassant le bol" et de chercher à "détruire le développement des entreprises et des travailleurs chinois".

L'actrice et chanteuse chinoise Victoria Song, qui a collaboré l'an dernier avec H&M sur une collection, a publié un communiqué indiquant qu'elle coupait ses liens avec le groupe et que "les intérêts du pays passaient avant tout".

Le groupe d'habillement Hennes et Mauritz (H&M) avait annoncé l'an dernier qu'il n'utiliserait plus de coton provenant du Xinjiang, province chinoise peuplée d'Ouïghours, minorité musulmane réprimée et exploitée par Pékin selon les défenseurs de droits humains, ce que nie le régime communiste.

Cette décision était intervenue après un rapport de l'ONG Australian Strategic Policy Institute accusant le groupe de s'être approvisionné "potentiellement directement ou indirectement", entre 2017 et 2019, auprès de structures utilisant de la main-d'oeuvre ouïghoure provenant de "camps de rééducation".

H&M China a déclaré dans un communiqué mercredi qu'il n'endossait "aucune position politique" et restait engagé sur le long-terme en Chine.

L'Union européenne, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Canada ont imposé lundi des sanctions à l'encontre de dirigeants passés ou actuels du Xinjiang. Selon des études d'instituts américains et australien, au moins un million de Ouïghours ont été internés dans des "camps" du Xinjiang et certains soumis à du "travail forcé" et des "stérilisations".

La Chine dément catégoriquement les deux dernières accusations et affirme que les "camps" sont des "centres de formation professionnelle" destinés à éloigner la population de l'extrémisme religieux et du séparatisme, après une série d'attentats attribués à des Ouïghours.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.