×
2 699
Fashion Jobs
Par
AFP
Publié le
23 mars 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ouïghours: l'ambassadeur chinois en France convoqué après "insultes" et "menaces"

Par
AFP
Publié le
23 mars 2021

Le ministère français des Affaires étrangères a dénoncé lundi les "propos inacceptables" de l’ambassade de Chine envers un chercheur et des parlementaires français et annoncé qu’elle allait convoquer l’ambassadeur pour le lui signifier. Cette nouvelle polémique entourant des déclarations de l'ambassadeur s'inscrit, comme le relevait récemment FashionNetwork.com, dans une campagne chinoise de réfutation des problèmes liés aux Ouïghours, menée par les ambassadeurs chinois via les réseaux sociaux. Et ceci alors que l'Europe vient de prendre des sanctions contre la Chine sur cette question.


Lu Shaye, Ambassadeur de Chine en France - AFP


« Les insultes contre des chercheurs indépendants et la polémique avec des élus de la République sont inadmissibles et n’ont aucune place dans les relations que l’ambassade de Chine est chargée de contribuer à développer entre la France et la Chine », a déclaré la porte-parole de la diplomatie française.

Les diplomates chinois sont « tenus de respecter le principe de séparation des pouvoirs, ainsi que l’ensemble des lois de la République », a ajouté Agnès von der Mühll, en déplorant notamment des « menaces à l’encontre de parlementaires » qui projettent un déplacement à Taïwan.

Paris a aussi jugé « inacceptable » la décision de Pékin de sanctionner dix ressortissants européens, dont un eurodéputé français, et quatre organisations en représailles à des sanctions de l’UE pour la répression de Pékin contre la minorité musulmane des Ouïghours.

« Petite frappe », « hyène folle », « troll idéologique »



« C’est le message que nous ferons passer auprès de M. Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France, lors de sa convocation au ministère de l’Europe et des affaires étrangères », a ajouté la porte-parole du Quai d’Orsay, sans préciser quand elle interviendrait.

« Petite frappe », « hyène folle », « troll idéologique » : l’ambassade s’est déchaînée ces derniers jours contre Antoine Bondaz, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS), à qui elle reproche ses positions « antichinoises ».


L'Ambassade de Chine en France qualifiant le chercheur Antoine Bondaz de "petite frappe" - Twitter



L’ambassadeur Lu Shaye s’est aussi déclaré « fermement opposé » à un projet de visite de parlementaires français à Taïwan. La République populaire de Chine considère Taïwan comme une de ses provinces, dénonce chaque visite de responsables occidentaux sur l’île et menace de recourir à la force en cas de proclamation formelle d’indépendance par Taipei.

Spécialiste de la Chine, Antoine Bondaz s’est attiré cette salve d’insultes après avoir critiqué les « injonctions » chinoises à l’encontre des parlementaires français.

« En France, le respect des principes et libertés fondamentales est une exigence qui s’applique à tous : liberté académique et de la recherche, libertés individuelles, respect de la séparation des pouvoirs et des principes constitutionnels de la France », a martelé la diplomatie française.

"Les personnels des Ehpad ont abandonné leurs postes"



L’ambassadeur avait déjà été convoqué en avril 2020, au début de la pandémie de Covid-19, après la publication d’un article sur le site de l’ambassade critiquant la gestion de la crise sanitaire en Europe.

Pékin avait alors accusé les personnels des Ehpad, acronyme des maisons de retraite en France, d’avoir « abandonné leurs postes » et laissé « mourir leurs pensionnaires de faim et de maladie ».


L'un des messages adressés par l'Ambassade en réponse à la polémique - Twitter



Une « calomnie », avait répliqué le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian, alors que l’ambassade démentait avoir visé la France.

Les diplomates chinois en poste à l’étranger investissent de plus en plus les réseaux sociaux pour défendre, parfois avec véhémence, la position de leur gouvernement.

La presse officielle chinoise les qualifie de « loups combattants » en référence à un film d’action chinois à grand succès où un héros à la Rambo combat des mercenaires étrangers.

Répliquant par anticipation à la convocation du Quai, l’ambassade a nié sur son site internet avoir outrepassé les usages diplomatiques. La diplomatie c’est « défendre les intérêts et l’image de son pays », a-t-elle lancé.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.