×
Publicités
Publié le
14 janv. 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ouïghours: les États-Unis bannissent coton et produits en coton du Xinjiang

Publié le
14 janv. 2021

Après avoir déjà mené plusieurs opérations en ce sens, les États-Unis ont désormais officiellement interdit l’importation de coton et produits en coton provenant de la province chinoise du Xinjiang, ainsi que l'importation de tomates de la région. Une décision similaire à celle prise quelques heures plus tôt par le Royaume-Uni et par le Canada.


Des travailleurs de la région du Moyu se préparant à être envoyés vers des lieux de production - CGP - CGP



Selon les douanes américaines (CBP), 9 milliards de dollars de coton et produits en coton ont été importés l’an passé aux États-Unis, ainsi que 10 milliards de dollars de tomates, et seraient désormais concernés par cette décision. Le congrès américain avait en décembre voté le Uyghur Forced Labor Prevention Act (Acte de prévention contre le travail forcé des Ouïghours en VF): un texte bipartisan par lequel les États-Unis décrètent que tout produit venant du Xinjiang devrait désormais être considéré comme issu du travail forcé des Ouïghours, sauf si le CBP venait à en assurer le contraire.

Quelque 43 cargaisons de produits en coton du Xinjiang Production and Construction Corps (XPCC), principal fournisseur chinois de produits en coton, auraient été saisies. Le cas du Xinjiang est particulièrement épineux pour les industries liées au coton, car la province chinoise générerait à elle-seule 20% de la production mondiale du coton, et en concentrerait par ailleurs les meilleures variétés.

Voici bientôt un an que le cas de la minorité musulmane Ouïghours, évoqué de longue date par des ONG, s’est invité de façon frappante dans le débat public. Un rapport australien pointait début 2020 l’existence d’usines transformées progressivement en espaces fermés garnis de mirador. Un rapport plus récent est venu renforcer les soupçons de travail forcé concernant la récolte même du coton du Xinjiang.


Shutterstock


La Chine continue de démentir tout mauvais traitement de la population Ouïghours. Le recours aux musulmans dans l’industrie nationale fait l’objet d’un relais régulier dans les médias chinois, dans lesquels ces opérations sont présentées comme un ambitieux programme d’intégration culturelle et de lutte contre la pauvreté.

Mais si les partenaires commerciaux de la Chine pointent du doigt le Xinjiang, le problème est en réalité plus vaste. Les rapports des ONG, tout comme la communication officielle chinoise, pointent que nombre de musulmans chinois de la province sont périodiquement envoyés dans d’autres provinces industrielles du pays. Posant la question de la traçabilité du travail des Ouïghours au-delà de la frontière du Xinjiang.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com