×
Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
14 juil. 2021
Temps de lecture
7 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pablo Isla (Inditex) : "L’intégration entre physique et digital nous permet de réaliser de très bons résultats malgré la pandémie"

Traduit par
Clémentine Martin
Publié le
14 juil. 2021

"L’année 2020 a été déterminante pour la transformation stratégique de l’entreprise", a rappelé Pablo Isla lors de l’ouverture du conseil général des actionnaires de l’entreprise. Celui-ci s’est tenu mardi 13 juillet au siège social du groupe à Arteixo, en Espagne. Dans son discours, le président du conseil d’administration d’Inditex a analysé et détaillé la mise en œuvre de la stratégie de du géant du textile dont le siège est en Galice, lors d’une année "profondément marquée par la pandémie".


Pablo Isla, le président du conseil d’administration d’Inditex - Inditex


Lors de son intervention devant le conseil des actionnaires, Pablo Isla a tenu à rappeler sa "confiance en la culture et en la stratégie de l’entreprise, appliquée depuis des années : un modèle d’activité intégré, digital et durable". Soulignant la souplesse qu’apporte ce fonctionnement, il a salué "l’engagement, le talent et le travail" des salariés de son entreprise.

"Comme nous l’avions prévu, la transformation stratégique commencée en 2012 porte ses fruits", se félicite le dirigeant. "Étant donné le contexte", il se déclare satisfait des résultats de 2020, paralysés par la fermeture générale des boutiques. Au cours du dernier exercice, l’entreprise fondée par Amancio Ortega a vu ses ventes reculer de 28 % à 20,402 milliards d’euros. En revanche, le chiffre d’affaires de la vente en ligne, lui, a progressé de 77 % à 6,60 milliards d’euros hors effets de change. "Grâce à nos décisions en termes de technologie et de gestion de l’entreprise, avec un inventaire réduit, nous avons clôturé l’année 2020 avec des résultats honorables malgré le contexte particulièrement complexe", soutient-il.

Pendant cette période, les charges d’exploitation du groupe ont été réduites de 17 %. Le bénéfice net, lui, s’est porté à 1,106 milliard d’euros. La "solidité de la société" est mise en évidence par sa trésorerie de 7,650 milliards d’euros. Pablo Isla a aussi rappelé que les stocks ont été réduits de 9 %. Leur "intégration totale et leur gestion efficace nous permettent de travailler quasiment en temps réel pour répondre aux besoins des clients", explique-t-il. Concernant les produits, il rappelle leur "originalité et leur qualité", dont témoigne "l’excellent accueil" réservé aux collections.

Mais le président d’Inditex a tout de même dû admettre que le premier trimestre 2021 a été "fortement affecté par la pandémie, étant donné l’ampleur de la surface commerciale fermée". Au cours des trois premiers mois de l’année 2021, Inditex a amorcé sa reprise avec un bénéfice net de 421 millions d’euros et un chiffre d’affaires de 4,942 milliards d’euros, en croissance de 50 % par rapport à la même période lors de l’exercice précédent. Le canal digital, de son côté, a progressé de 67 %. Les différents sites web de l’entreprise enregistrent une fréquentation quotidienne moyenne de 15 millions de visiteurs : à la clôture de l’exercice 2020, Inditex pouvait se targuer de 132 millions d’utilisateurs actifs de ses applications et de 200 millions d’abonnés sur tous ses réseaux sociaux.

"Nous avançons vers l’avenir avec confiance et optimisme", résume Pablo Isla. 98 % des boutiques du groupe sont actuellement ouvertes, et une nouvelle aile de 67.000 mètres carrés a été ajoutée en mars dernier au siège de La Corogne afin d’accueillir les locaux de Zara.com. La construction du bâtiment a nécessité un investissement de 130 millions d’euros. "Parmi tous les détaillants en ligne, nous affichons la croissance la plus forte (+ 77 %) et la meilleure rentabilité", assène-t-il.

Intégration et développement durable, les piliers de la transformation stratégique



Avec plus de 11 milliards d’euros investis depuis 2012, la transformation stratégique a été l’un des chevaux de bataille les plus importants du conglomérat textile au cours des dernières années. "L’intégration des boutiques physiques et en ligne a requis un investissement important dans les technologies et une refonte complète de notre espace commercial. Nous voulons que nos boutiques soient vivantes et permettent aux clients d’agir de façon bien plus dynamique", déclare Pablo Isla. Revenant sur les dernières opérations «"d’ouverture et d’agrandissement", il maintient que "les boutiques jouent toujours un rôle-clé. La qualité de l’espace commercial est éminemment stratégique". Il rappelle d’ailleurs que des boutiques ont récemment été inaugurées pour Zara au Pont Neuf (Paris), à Wangfujing (Pékin), sur le Paseo de Gracia (Barcelone) et à St James (Edimbourg).


Nouveaux locaux de Zara.com - Inditex


Inditex a clôturé le précédent exercice avec 6.829 boutiques physiques et a déployé sa plateforme en ligne sur 25 nouveaux marchés. Les boutiques en ligne du groupe sont donc disponibles dans 216 pays au total, dont 91 sont déjà équipés du système d’intégration. Au cours de l’année passée, l’entreprise a aussi procédé à la "mise en œuvre accélérée" de SINT, son système de gestion intégrée des stocks, déjà disponible dans 5.777 boutiques sur 89 marchés. Cette technologie a permis la distribution en boutique de 46 millions de commandes pour un montant total de 1,155 milliard d’euros.

"Cela montre bien l’avancement de notre entreprise en matière d’intégration entre les secteurs physique et digital, ce qui nous permet de réaliser de très bons résultats malgré la pandémie", argumente le président. "Cette technologie et ces capacités ont été déterminantes pendant les périodes de confinements et de fermetures de boutiques, notamment lorsque 88 % d’entre elles étaient fermées en même temps", se remémore-t-il.

Un investissement de 2,7 milliards d’euros



Poursuivant sa transformation, l’entreprise s’est dotée d’un plan d’investissement pour les exercices 2020 à 2022, impliquant le déblocage de 2,7 milliards d’euros supplémentaires. 1 milliard d’euros sera dédié à la numérisation et 1,7 milliard d’euros sera affecté à l’intégration des dernières technologies aux boutiques du groupe, avec l’ouverture prévue de 450 flagships au cours de cette période.

Encourageant cette accélération, Pablo Isla assure que ces investissements permettront le bon développement de la plateforme technologique propre d’Inditex, dénommée IOP (Inditex Open Platform) et destinée à reproduire en ligne les différentes phases du modèle d’activité d’Inditex et du cycle de vie de ses produits. « Flexible et adaptable », cette plateforme sera entièrement active d’ici fin 2021.

"L’entreprise a beaucoup progressé dans sa transformation stratégique, dont les résultats nous permettent d’envisager l’avenir avec optimisme et solidité. Nous avons confiance en notre capacité de croissance", résume le président, saluant les décisions de l’entreprise.

Accélération des objectifs de développement durable



"Le développement durable et la numérisation ont la même importance dans notre stratégie", poursuit-il. Le groupe a effectué des progrès dans la réalisation de ses objectifs de respect de l’environnement, "malgré le contexte de pandémie".

Ainsi, Inditex se félicite de proposer 35 % de vêtements identifiés par l’étiquette « Join Life », qui distingue les processus et les matières premières les plus durables. L’objectif de départ était de 25 %. De plus, l’utilisation d’énergies renouvelables représente déjà 80 % de la consommation de l’entreprise, face à un objectif de 65 %. Par ailleurs, l’entreprise a augmenté de 91 % « son utilisation de coton plus durable ».


Vue panoramique générale de la nouvelle boutique Bershka au Forum Les Halles, à Paris - Bershka


Certains objectifs de développement durable ont donc été révisés et d’autres ont été ajoutés. L’objectif zéro émission, initialement fixé pour 2050, devrait être atteint en 2040 ; l’utilisation d’énergies 100 % renouvelables est visée pour 2022 ; l’utilisation exclusive de « coton plus durable » est maintenant prévue pour 2023 et non 2025 ; la consommation d’eau de la chaîne d’approvisionnement du groupe devrait être réduite de 25 % d’ici 2025 et la moitié des vêtements devraient porter l’étiquette « Join Life » d’ici l’année prochaine.

En ce qui concerne l’innovation dans le recyclage textile, Pablo Isla a fait savoir que l’entreprise a déjà récupéré plus de 60.000 tonnes de vêtements et que la réutilisation avance à un "rythme très soutenur, permettant en même temps la création "d’emplois sociaux".

Enfin, parmi ces différents défis, le président a souligné l’élimination des plastiques à usage unique à destination des clients et l’utilisation de 100 % de fibres de cellulose durable d’ici 2023, ainsi que la mise en place d’un programme centré sur les conditions sociales dans la chaîne d’approvisionnement, intitulé « Le travailleur au centre ». Le polyester et le lin utilisés par les différentes marques du groupe devront être intégralement issus de sources recyclées ou durables d’ici 2025.

Une politique de dividendes "attractive"



"Nos dividendes augmentent progressivement d’une année sur l’autre et notre politique est attractive pour nos actionnaires", soutient Pablo Isla. Le conseil a approuvé la proposition du conseil d’administration, visant à verser un dividende de 0,70 euro par action. La moitié de cette somme a déjà été distribuée le 3 mai 2021, et le reste sera versé le 2 novembre 2021.

Enfin, l'imposition des multinationales étant actuellement au coeur des débats internationaux, Pablo Isla n’a pas manqué de rappeler qu’Inditex s’acquitte de ses obligations tributaires, avec 4,689 milliards d’euros d’impôts versés au cours de l’exercice dernier, dont 1,201 milliard en Espagne, le pays où se trouve le siège du groupe. Dans cette somme, 620 millions d’euros représentent des impôts directs. Le taux d’imposition effectif de l’entreprise est de 21,2 % pour l’impôt sur les sociétés.

 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com