×
Publicités
Publié le
3 juin 2005
Temps de lecture
8 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Packaging de luxe : 10 ans de création

Publié le
3 juin 2005

Emballés par l'habillage de produits de luxe, habillés d'emballages aux mille visages, nous évoluons désormais dans un univers d'objets packagés. Le packaging accompagne chacun de nos mouvements. Précieuse célébration du contenu, il a donné naissance à une nouvelle industrie, stimulant tout à la fois technologie et esthétisme !

Evidence s'il en est : avant le produit, c'est l'emballage que le prospect – vous Madame, vous aussi Monsieur – découvrez en premier lieu. « It's the packaging that makes the first impression. » Maintenant, comment se débrouiller pour qu'elle soit la meilleure? La question est aussi éternelle que l'acte d'offrir. La plus belle parure ne s'offre pas dans un sac en papier, fut-il d'Arches ou en pur chiffon. Les parfums les plus précieux appellent à leur tour un emballage raffiné. De cette exigence est née une nouvelle industrie : le packaging et ses différents métiers.

Magnifier le don
Le monde des professionnels du luxe est un univers où l'on ne vieillit pas et qui exige de celui qui s'y consacre un esprit vif, de l'inventivité, un réel sens artistique. C'est aussi un ensembles de métiers et de savoirs-faire au sens le plus scientifique du terme, car les emballages d'aujourd'hui sont l'aboutissement de continuelles améliorations technologiques. C'est enfin un métier où l'humilité est corrélative à la


Le verre, matériau noble
tâche, car la durée de vie du packaging le mieux étudié est bien moindre que l'objet qu'il accompagne.
Aussitôt ouvert, le plus bel emballage a accompli sa mission : protéger un parfum aussi rare qu'un bijou, séduire l’œil, entourer l'acte d'offrir d'élégance et de charme. Le packager magnifie l'instant du don : il le retarde et l'enveloppe de grâce pour mieux le savourer.

L’ancêtre du packaging...
Le papier, inventé en Chine il y a plus de 2000 ans, est sans doute le packaging le plus ancien. Et aussi peut-être l'un des plus innovants. Plus que jamais aujourd'hui, nombreux sont les joailliers, parfumeurs ou cosméticiens, qui en font l'ultime habit de leurs créations. Simple ou sophistiqué, le papier est le premier exercice de création où se teste la vocation du packageur.
Le papier s'accommode de tous les styles, de toutes les formes, de toutes les couleurs. Mais pas de tous les contenants : c'est alors qu'est arrivé le carton, que l'industrie du luxe, par sa recherche de perfection, a beaucoup contribué à ennoblir.
Plus tard, lorsqu'il fallut, sur les bords de l'Euphrate ou du Nil protéger les fragrances rares dont se paraient les princesses, l'homme inventa le verre. Matériau noble et froid, issu du mariage du sable et du feu,

Création de Pierre Dinand
de 1960
transparent comme le jour ou opaque comme un fruit mûr, le verre traverse le temps et accompagne l'histoire des parfums depuis la plus haute antiquité.

Pierre Dinand, l’incontournable
De nos jours, il faut avoir rencontré des créateurs plasticiens comme Pierre Dinand, pour comprendre la fascination et l'étonnante liberté qu'offre ce matériau. Lors de ces trente dernières années, plus de trois cent grands parfums ont été lancés. Pierre Dinand a imaginé et réalisé plus de la moitié des flacons qui abritèrent chacun d'entre eux. Pour mémoire : Rochas, Eau Sauvage de Dior, Calandre, YSL Rive Gauche, AZZARO pour Homme, OPIUM, Obsession de Calvin Klein, Eternity, Paco Rabanne pour Homme, XS, Pleasures d'Estée Lauder, Burberrys, Paul Smith 2004. Pour lui, tout commença par une rencontre avec Hubert de Givenchy. Puis il y eut l'amitié prodiguée par Jean Amic, l'alchimiste des senteurs et président de la société Roure. L'irruption de Calvin Klein, son enthousiasme et son pragmatisme ouvrirent alors à Pierre Dinand les portes de l'international. Toute cette aventure de designer n'aurait pas été possible sans le savoir-faire de maîtres-verriers renommés, comme Desjonquères, Pochet et du Courval et Brosse, qui surent transposer au plan industriel tout un héritage de traditions artisanales. Lorsqu'il évoque sa relation avec les parfumeurs, Pierre Dinand confie :«Je suis un traducteur des rêves, des idées et des fantasmes des créateurs».

Du verre au plastique
C'est alors qu'arrivèrent les matières plastiques. C'était trop beau : sous-produit du pétrole – roche noire et gluante – fruit de décantations chimiques multiples, enfant surdoué et capable de tout, le plastique n'a pas tardé à s'imposer comme le principal challenger du verre. Pour le packager, cette évolution se traduisit par un nouveau défi : quel emballage plastique inventer pour la parfumerie de luxe? Les réponses qu'il apporta furent aussitôt noyées dans une nouvelle revendication formelle. La guerre du tube et/ou du pot venait d'être déclarée.
Une majorité d'utilisatrices semblent préférer les tubes en plastique souple pour leur consommation cosmétique quotidienne. Easy to store, easy to use : faible volume et facilité d'usage commandent ce choix. La trivialité du plastique s'efface devant ces deux avantages.
Choix d’ailleurs avalisé par les meilleures enseignes!

La guerre du pot et du tube
De nos jours, dès que la notoriété d'un parfum jouit d'une certaine notoriété, son enseigne mère le prolonge par une offre cosmétique sous packaging plastique. Mais l'attitude inverse existe également, fondée sur une argumentation marketing claire. Le petit de pot de crème de soins est rassurant. Il argumente l'idée d'un produit précieux, rare et travaillé, tout en renvoyant également à la notion de quantité et de choix : à l'ouverture du produit en pot, l'utilisatrice découvre la totalité de son produit. C'est elle-même qui détermine la quantité à utiliser. Elle voit aussi ce qui reste - ce qui n'est pas le cas avec le tube, dont on espère qu'il ne finira jamais, et qu'on jette à la poubelle, flasque et vide. Pour l'industriel, le tube plastique offre de multiples avantages : faible coût de fabrication, facilité de stockage et de transport. Produit jetable par excellence, le plastique devait aussi composer avec le souci de produire propre et durable. C’est ainsi qu’aux USA, les objectifs des écologistes fixent à 70 % le taux de réutilisation des polyéthylènes.
Quoi qu’il en soit, la guerre du pot et du tube se joue sur les linéaire, mais se gagne – ou se perd – à la maison, dans les instituts de beauté et dans les sacs à mains de nos compagnes. C'est une guerre permanente, où tous les coups sont permis. Trois ennemis se disputent la maîtrise du champ de bataille : l'aluminium, le verre, le plastique. Les armes de chacun des combattants ne sont pas égales.
Comme le produit – parfum, mousse ou crème – est vivant et le packageur, qui se croyait seulement grand-couturier de l'objet précieux qu'il emballe, se découvre contraint d'en savoir autant sur la matière qu'un chirurgien sur le corps humain. Au fils du temps, l’obligation de concevoir un packaging ergonomique (préhension facile, ouverture aisée,

«Classique» de Jean-Paul Gaultier
encombrement compatible avec l'espace de vie d'une salle de bains, d'une trousse de toilette ou d'un sac à main) va révolutionner l’industrie des façonneurs, des cartonniers et des imprimeurs. Et aujourd’hui, le packaging de luxe est une industrie à part entière avec plusieurs dizaines de millions d'unités vendues chaque année. Un marché français d’ailleurs en pleine expansion, et qui a progressé de 15% en volume et en valeur entre 1997 et 2004.

Un marché en pleine expansion
Les concepteurs et designers ont également beaucoup gagné et beaucoup appris dans cette dynamique. Ainsi par exemple, le flacon de «Classique» de Jean-Paul Gaultier – qui reproduit un buste de femme – transcende le narratif pour suggérer le volume d'un corps féminin dans sa plus simple évidence. On est bien loin ici du romanesque ou d'une idéalisation de l'amour. «Classique» renvoie à la passion vénale, et suggère un univers où le pur sentiment est plutôt hors-sujet.
Et si l'inspiration fait défaut? Il ne reste plus alors qu'à reprendre le b-a ba du métier et ... donner à l'emballage un aspect cadeau! L'une des meilleures

Burberry Brit
réussite de cette approche, faussement minimaliste, est sans doute l'étui de Burberry Brit. Habillé de son célèbre tartan sur la totalité du visuel, l'illusion de la pose d'une étiquette sur la face principale est donnée par une découpe et un collage spécifique. Un astucieux collage dissimule la tranche du support dans un angle de l'étui. De longues mises au point furent nécessaires lors de l'impression pour respecter la continuité du motif sur la totalité de l'étui, étant donné les contraintes de symétrie.

Au total, de quoi le futur sera-t-il fait?
Plutôt que de risquer à prophétiser, le packageur de luxe considère ses emballages comme une invitation adressée à l'objet, afin qu'il réussisse avec bonheur et succès son entrée dans la vie réelle. Grâce à lui, nous

Trophée du Fifi Awards
avons apprivoisé le téléphone portable, la boîte à bijoux, le poudrier, le stylo, l'ordinateur portable.
Et il reste encore tant de choses à domestiquer !
Une certitude : l'esthétique packaging sait désormais conjuguer forme et fonction. Pour l'instant, nous nous orientons plutôt vers des lignes épurées, cachant leur fonctionnalité sous une élégance presque classique. Cette tendance s'amplifiera, associant la marque au produit, et le produit à l'emballage. Pour le packager parfumeur, l'apparition de chaque produit continuera à s'accompagner d'une garde rapprochée de produits déclinés : shampooings, after-bath, after-shave, crème de jours, crème de nuit...
Pour survivre sur un marché presque saturé, mieux vaudra s'appuyer sur sa famille de produits. Double challenge pour le packager, sollicité non seulement de conforter l'image d'une marque tout en individualisant chacun des membres de la fratrie. Les designers de luxe et les professionnels de l'emballage continueront à créer des habillages toujours plus beaux, dans des matières toujours plus originales. Les nouveaux venus devront redoubler d'originalité pour se faire remarquer. Lorsque l'univers entier sera packagé, alors l'humanisation du monde sera accomplie. Le messie n'aura plus qu'à arriver....
En attendant, les chefs de produits continueront à rester à l'écoute des vibrations en provenances des marchés, à pousser leurs créatifs, à l'affût du moindre écart dans le faisceau des tendances. Afin d’accompagner les meilleurs moments de notre la vie quotidienne, pour nous surprendre, nous étonner. Et tout cela sous le signe du bon goût et de la perfection.

Mickaël Laustriat

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com