×
Publicités
Publié le
14 déc. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Pal Zileri (Forall) va fermer son site de production en Italie

Publié le
14 déc. 2020

La crise liée au Covid-19 met à mal l’un des fleurons du prêt-à-porter masculin italien. L’historique marque Pal Zileri s’apprête à fermer son site de production de Quinto Vicentino, près de Vicence, en Vénétie. L’information a été divulguée par les syndicats. Forall Confezioni, l’entreprise spécialisée dans l’habillement masculin haut de gamme, propriétaire de la marque, est détenue par le fonds qatari Mayhoola, qui, malgré de nombreux investissements, n’a pas réussi à la relancer.
 

L'entreprise italienne Forall et sa marque Pal Zileri sont en difficulté. - palzileri.com


Pal Zileri n’est pas le premier label italien de prêt-à-porter masculin de luxe à connaître des difficultés. Faisant face à la chute des ventes d’habillement formel et organisés autour d’une production locale surdimensionnée et coûteuse, les tailleurs de la péninsule ont été contraints à se réorganiser ces dernières années.

Racheté par le groupe Kering en 2012, le label Brioni a été soumis par exemple il y a quatre ans à une restructuration drastique. Plus récemment, Corneliani a dû faire appel à une aide de l’Etat. Avec des sites en surproduction par rapport à la demande, plusieurs de ces marques historiques ont vu leur situation s’aggraver avec la pandémie et ses deux confinements.

Dans le cas de l'entreprise Forall Confezioni, fondée en 1970 par Aronne Miola, Gianfranco Barizza avec d’autres actionnaires, la direction a annoncé son intention "à grand regret" de "procéder à la cessation de l’activité de production". Le site emploie 250 personnes. Mais selon les syndicats, ce sont 400 postes qui sont menacés compte tenu des autres employés du groupe déployés entre administration et force de vente.
 
Dans son texte adressé aux syndicats, la direction explique que "la situation difficile à laquelle est confrontée l'entreprise nécessite malheureusement des interventions urgentes. La pandémie du Covid-19 a, en effet, fortement aggravé la pire crise qu’ait jamais touché le secteur de l’habillement formel haut de gamme pour hommes. Une crise qui dure depuis des années et qui a déjà contraint certaines des entreprises les plus importantes du secteur à prendre des mesures drastiques".
 
"Face à une demande qui, selon les estimations, pourrait baisser globalement encore de 45%, la capacité de l’usine de Quinto Vicentino est en surproduction de près des deux tiers par rapport à la demande. De même, la structure administrative n'est plus viable en fonction de la taille de l’entreprise. Sur le plan financier, la baisse drastique des ventes, et donc des revenus, a mis fortement en souffrance les comptes de Forall. Une situation exacerbée par la difficulté toujours plus grande à obtenir des financements auprès des banques", souligne encore la direction.
 
En 2014, le fonds qatari Mayhoola était devenu l’actionnaire principal de l’entreprise italienne, à hauteur de 65%. Avec sa montée à 100% du capital en juillet 2016, il a engagé une nouvelle stratégie, multipliant les investissements, comme il le rappelle dans sa lettre aux syndicats. "Le soutien de l'actionnaire, ininterrompu depuis 2014 et s'élevant à plusieurs dizaines de millions d'euros chaque année pour soutenir la liquidité et les investissements de l'entreprise, ne suffit plus à garantir la continuité de la production."
 
En adoptant la procédure de "cessation d’activité" pour sa branche productive, l’entreprise pourrait obtenir l’aide de l’Etat au titre de "licenciements extraordinaires", assurant le paiement des salaires de ses employés licenciés pendant douze mois, tout en leur permettant d’intégrer des programmes régionaux visant à les réorienter vers de nouveaux emplois. Durant cette période, Mayhoola pourrait chercher un repreneur pour son site de Quinto Vicentino.
 
Les syndicats redoutent que la société de la famille royale du Qatar, qui détient par ailleurs Valentino et Balmain, préfère relancer la marque Pal Zileri en la produisant ailleurs. Ces derniers ont demandé au gouvernement d’ouvrir des négociations. Une première rencontre a été programmée ce mercredi 16 décembre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com