×
Publicités
Publié le
6 mars 2021
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Panafrica s’ancre davantage sur le Web et étoffe ses collections

Publié le
6 mars 2021

20% de croissance en 2020, c’est la performance enregistrée par la marque française de sneakers Panafrica en pleine crise du coronavirus. "Nous sommes nés sur le Web en 2015 grâce à une campagne de financement participatif, et nous avons toujours réalisé environ 50% de nos ventes en ligne. C’est cette stratégie digitale qui nous permet d’affronter la crise sanitaire", indique Vulfran de Richoufftz, cofondateur de Panafrica avec Hugues Didier.


La collection issue de la collaboration entre Tape à L'Oeil et Panafrica - Tape à l'oeil


Depuis plus d’un an le label, connu pour ses sneakers en wax, a donc concentré ses efforts sur le e-commerce et n’a pas renouvelé une grande partie de ses clients wholesale. "Nous n’avons donc pas été dépendants des différents confinements et mesures de restriction pour les commerces", explique Vulfran de Richoufftz qui ne communique pas le chiffre d’affaires de la marque. Le chef d’entreprise précise également que la présence chez les distributeurs réduisait les marges, d’autant que Panafrica s’ancre dans une démarche écoresponsable en soutenant les économies locales et en achetant ses tissus principalement en Afrique de l’Ouest. Une politique de sourcing plus couteuse, et qui en raison de diverses contraintes ne répond pas forcément aux rythmes des collections classiques.

Le réseau de Panafrica est ainsi passé d’une centaine de revendeurs il y a quelques mois à une vingtaine aujourd’hui, principalement des magasins Galeries Lafayette et des boutiques Altermundi. La marque ambitionne de porter de 65% à 90% la part des ventes e-commerce sur le chiffre d’affaire global d’ici à deux ans. Dans cette dynamique, Panafrica dévoilera en juin prochain son nouveau site Web orchestré par Hands Agency.


Panafrica collabore avec Pataugas


Outre les ventes en ligne, la croissance a également été portée par des nouveautés produits. Lancée en avril 2020 Arusha, la première basket consignée et recyclable, se serait ainsi écoulée à plus de 6.000 exemplaires et Socco, la paire de chaussons Panafrica lancée en novembre aurait connu une rupture de stock au bout de deux semaines.

Panafrica va ainsi poursuivre son voyage sous le ciel des nouveautés notamment via le prisme des collaborations. Ainsi à la fin du mois, la marque lancera avec Pataugas une collaboration distribuée sur les sites internet des deux marques et dans le réseau Pataugas. Panafrica vient également de (re)plonger dans l’enfant, segment sur lequel elle s’est essayée il y a deux ans, en s’associant cette fois avec l’enseigne de mode enfantine Tape à l'oeil (Tao). D’autres alliances suivront ensuite avec Antoine et Lili, Bonobo.

Enfin, Panafrica va se piquer de prêt-à-porter. Dans deux mois la griffe indépendante qui propose déjà quelques accessoires devrait lancer une campagne de financement participatif pour la production d’une veste de travail réversible. Une façon de se diversifier tout en valorisant les chutes de tissus.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com